8 Mars 2018

Somalie: Sécurité - Les pays contributeurs appellent à la prolongation du mandat de l'Amisom

À Kampala, en Ouganda, où ils étaient réunis, les chefs des forces de défense des pays contributeurs de troupes de la Mission de l'Union Africaine en Somalie (Amisom) ont sollicté un soutien accru pour une exécution efficace de leur mandat en Somalie, et une révision de la date de retrait des troupes, fixée fin 2020.

Les présidents somalien Mohammed Abdullahi Mohamed et ougandais Yoweri Museveni ainsi que le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, ont pris part à cette réunion.

Etaient également présents, les chefs des forces de défense et des représentants du Burundi, de Djibouti, de l'Ethiopie, du Kenya, de l'Ouganda, de Somalie, l'ambassadeur Francisco Caetano Madeira, représentant spécial du président de la Commission de l'UA pour la Somalie, et le lieutenant-général, Jim Owoyesigire, commandant de la force de l'Amison. Les dirigeants de la région est-africaine ont appelé l'Onu à maintenir leurs forces en Somalie au-delà de 2020.

Ils pensent que le calendrier de retrait "n'est pas réaliste et annulerait les progrès réalisés par l'Amisom" dans sa lutte contre les shebab. Mille hommes doivent être retirés en octobre 2018, et un plan prévoie un retrait complet d'ici décembre 2020. Ils pensent qu'un retrait exposerait les troupes et permettrait aux shebab de regagner du terrain. Mal équilibrée, désorganisée, l'armée somalienne n'a pas encore la capacité d'assurer la paix,

Le chef des forces de défense de l'Ouganda, le général David Muhoozi, a indiqué que l'Amison faisait toujours face au défi "de l'inadéquation entre les tâches de la Mission et les ressources et mesures nécessaires pour provoquer l'effet désiré dans les délais souhaités". Citant , des bottes, des forces de soutien, un soutien sur la construction de l'armée nationale somalienne(SNA).

Le général David Muhoozi n'a pas caché sa préoccupation quant à la réduction des effectifs de l'Amison, face à des opérations militaires élargies et des lignes de communication élargies. Or la résolution 2372/2017 du Conseil de sécurité des Nations unies d'août 2017 autorise une réduction progressive des troupes en Somalie et le transfert de responsabilité de sécurité nationale de l'Amisom aux forces de sécurité somaliennes.

L'ambassadeur Madeira a déclaré : " Nous devons être capables de contenir, de perturber et de détruire efficacement Al-Shabaab. Pour cela, nous avons besoin des forces qui sont nécessaires. Nous avons besoin des facilitateurs de forces et des multiplicateurs de forces pour que ce travail soit fait correctement ".

Somalie

Les problèmes structurels politiques et de sécurité n'ont pas fondamentalement changé (ONU)

Malgré de remarquables progrès réalisés ces trois dernières années, la Somalie… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.