10 Mars 2018

Cameroun: Université de Maroua - Fame Ndongo nomme un mort à la tête d'un département

Depuis presque cinq mois, le Prof. Marcelline Teyabé de regrettée mémoire, n'est plus de ce monde. Ayant prématurément tiré sa révérence le 31 octobre 2017, et inhumée à Kaelé le 11 novembre de la même année, le Prof. Marcelline Teyabé, a pourtant été « ressuscitée » jeudi dernier par Jacques Fame Ndongo le Minesup qui l'a nommée chef de département de Linguistique, des Sciences du langage et de la Communication, à la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines de l'université de Maroua.

Approché à Yaoundé par Camer.be, un haut cadre du ministère de l'Enseignement supérieur, s'est défendu en avançant que « les nominations avaient été faites depuis six mois, et n'ont pas été actualisées ». C'est donc ce qui pour lui, explique la nomination de feue la Professeure Marcelline Teyabé.

Pas à son premier impair, l'on se souvient que le 21 aout dernier, procédant à de vastes mouvements de nominations à l'université de Douala, le Prof. Jacques Fame Ndongo, s'était déjà illustré dans le « surréalisme », en nommant le Dr Thierry Christophe Ebelle, au poste de chef de service de la Programmation, alors ce dernier, était déjà mort, et inhumé depuis des mois.

Pays formidable, le Cameroun a le génie de produire des morts comme majors dans des concours administratifs, de faire nommer à Paul Biya le président de la République, des morts comme sous-préfets. Et tout cela, peut-être au nom de « la nouvelle technologie », où, 32Go = 500 Go, et selon laquelle un mort des temps passé, serait plus valeureux qu'un vivant d'aujourd'hui.

Cameroun

Présidentielle 2018 - Paul Biya donné largement vainqueur par un sondage

L'étude réalisée par un institut basé aux Etats-Unis d'Amérique crédite le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.