Sénégal: Journée mondiale du rein - La santé rénale et la santé de la femme à ne pas négliger

La Journée mondiale du Rein est célébrée cette année le même jour que la Journée internationale de la Femme. Pour beaucoup de femmes au Sénégal, cet événement est l'occasion d'interpeler les autorités du pays sur la santé rénale et celle de la femme.

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un adulte sur dix souffre d'une affection rénale, soit près de 600 millions de personnes, au niveau mondial. Au Sénégal la maladie reste une question de santé publique. Pour Adja Niagna Ndiaye une habitante de Guédiawaye, Hamo 4, rencontrée à la clinique Abc en compagnie de son mari de la soixantaine, la maladie reste son principal souci. Elle a indiqué que son mari souffre d'une maladie rénale, et c'est grâce au Dr Barry qu'ils ont fini par découvrir la maladie.

«Il nous a fallu beaucoup de moyens pour faire une dialyse, les analyses et autres. Heureusement que nous avons une prise en charge qui a allégé nos dépenses», a-t-elle dit. Expliquant que du fait qu'il soit un «fonctionnaire d'Etat, cette prise charge nous a beaucoup aidé sinon on ne pouvait pas s'en sortir car le coût de la dialyse est très élevé. J'y ai mis tous les moyens dont je dispose.

Toutefois, je rends grâce à Dieu et ensemble, nous essayons de suivre les conseils du médecin pour améliorer sa santé. C'est tout ce que l'on peut faire». « Les problèmes sur la prise en charge de la maladie sont nombreux fait-elle savoir, d'autant plus que le transport demande beaucoup d'argent, il s'y s'ajoute les frais d'ordonnance et autres ce qui n'est pas du tout facile surtout pour nous les pauvres». Et de poursuivre : « le message que je veux lancer à l'endroit des autorités est d'aider les femmes car, elles sont très fatiguées et elles sont partout, tous les 5 heures du matin, elles sont dans les marchés, les arrêts bus.»

Un autre malade, Diatou Ndiaye souffrant d'insuffisance rénale et habitante de Keur Massar, confie : «c'est très douloureux, la dialyse est pénible. Le coût de traitement est élevé. J'ai amené ma maman et les moyens ne sont pas au rendez-vous. Nous avons besoin d'aide pour pouvoir supporter le coût du traitement, raison de plus que je lance un appel à la première Dame Marième Faye Sall surtout à l'occasion de cette journée dédiée aux femmes».

Rappelons que la dialyse permet de filtrer le sang des personnes dont les reins ne fonctionnent plus correctement. Une machine remplace alors l'activité des reins.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.