12 Mars 2018

Sénégal: Aéronautique - Dr Nogaye Mbaye apporte la lumière sur la défaillance des composants électroniques

La Sénégalaise Nogaye Mbaye a permis de mettre en évidence les défaillances de certains composants électroniques. Les travaux de cette enseignante-chercheure à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar sont pris en considération par de grandes compagnies comme Airbus.

Une enseignante-chercheure à la Faculté des sciences et techniques de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) a réalisé des travaux qui ont forcément des incidences sur l'amélioration de la sécurité dans le domaine de l'aviation pour ne pas dire de l'aéronautique.

Le sujet de sa thèse : « Contribution à l'étude de la fiabilité des technologies avancées en environnement radioactif atmosphérique et spatial par des méthodes optiques », énonce les enjeux de la connaissance de la fiabilité des composants électroniques.

Les résultats des recherches du Dr Nogaye Mbaye sont utilisés dans le domaine de l'aéronautique par les grandes compagnies.

« Ma thèse porte sur l'étude de fiabilité de composants électroniques. Il s'agit de voir, dans la composante, qu'est-ce qui la rend défaillante et de mettre en place un système qui permet de prévenir la défaillance.

Ce sont des composants qu'Airbus me fournissait. Je faisais les tests, et une fois que je trouve la défaillance, celle-ci est envoyée à Airbus qui en tenait en compte », a révélé cette dame titulaire d'un Doctorat en électronique.

L'étude trouve, d'une part, sa pertinence dans l'évolution fulgurante des systèmes embarqués dans le domaine aéronautique et, d'autre part, l'impératif de concevoir des systèmes répondant aux normes de fiabilité.

D'autant plus que ces systèmes sont sujets à des rayonnements (les rayons cosmiques, solaires, les protons et les électrons piégés par les ceintures radiatives).

« L'interaction de ces systèmes avec ces radiations ionisantes peuvent affecter leurs performances et provoquer des défaillances prématurées limitant leur durée de vie », a soutenu Nogaye Mbaye.

Depuis plusieurs années, des chercheurs se sont concentrés sur des prototypes et des composants commerciaux et la technologie de silicium pour comprendre les effets dans une optique de prédire la probabilité de leur occurrence.

L'enseignante-chercheure s'est intéressée à ce que l'on qualifie dans la physique « les effets singuliers », c'est-à-dire ceux provoqués par une seule particule. Parmi ces effets, il y a des composants de puissance comme le Single Event Burnout (Seb) et le Single Event Gate Rupture (Segr).

Dans sa thèse, elle a rappelé que le silicium a pendant longtemps, été utilisé comme matériau de base dans la fabrication des dispositifs de puissance.

Toutefois, les performances de ces dispositifs sont limitées en termes électriques, a assuré Dr Mbaye, en particulier le problème de compromis entre la résistance spécifique à l'état off et la tenue en tension malgré le faible coût et la maîtrise parfaite de cette technologie.

Les composants, a-t-elle indiqué, étaient appliqués dans les calculateurs des avions. Nogaye Mbaye est aussi active dans le domaine de la vulgarisation des sciences. Elle milite comme les autres membres de son groupe pour la révision du modèle d'enseigner les mathématiques.

Une autre approche pour enseigner les maths

Beaucoup d'enseignants et d'universitaires s'accordent sur ce sujet. L'approche de transmission et d'acquisition des connaissances n'est pas incitative.

Mouhamadou Lamine Ndiaye, chercheur en pédagogie, Dr Diomba Sambou, Professeur de maths à l'Université catholique de Santiago du Chili, Assane Ndiaye, technicien en informatique, et Dr Nogaye Mbaye ont conçu des outils, dont des puzzles, pour décomplexer l'enseignement de cette discipline.

« Nous développons des produits de vulgarisation scientifique. Nous essayons de mettre en place un système qui ne permet pas d'enseigner les mathématiques de manière théorique.

Nous avons mis en place des jeux et des puzzles qui facilitent la démonstration des théorèmes et de faire des calculs sans utiliser la craie », a décrit l'enseignante-chercheure à la Fst de l'Ucad.

Les membres de cette équipe, pour se fier à cette approche basée sur moins de théorie et plus de pratique, privilégient les démonstrations dans les écoles et les lycées.

Avec ces outils, l'équipe matérialise les concepts et les théorèmes. In fine, la discipline est enseignée de manière ludique. L'apprenant est alors mis devant une situation concrète. Jusqu'ici, de manière générale, la référence à l'abstrait domine l'approche d'acquisition des connaissances en mathématiques.

« Nous sommes de plus en plus sollicités par des enseignants pour aller faire des démonstrations dans des écoles. Notre but, c'est de mettre en place un dispositif qui rend plus vivant l'enseignement des mathématiques.

Nous voulons que l'on enseigne autrement les mathématiques », a insisté Nogaye Mbaye. Depuis 2014, cette enseignante et les autres membres de l'équipe se mobilisent pour résoudre l'équation de la simplification de l'enseignement des mathématiques.

Ils le font avec conviction, d'autant plus qu'ils n'attendent rien en retour. Ils consacrent une partie de leur temps et de leur énergie à la vulgarisation de leurs outils.

Sénégal

Présidentielle - L'assurance de la majorité agace

Au Sénégal, toute la classe politique est concentrée sur la présidentielle de l'an prochain.… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.