12 Mars 2018

Tunisie: L'administration a besoin de réformes sérieuses

En effet, recevant, chez moi, Internet d'une manière peu satisfaisante, je me suis engagé, avec mon opérateur téléphonique qui a, de surcroît, une bonne renommée pour une deuxième ligne que j'ai réservée à l'Adsl, gardant ma première ligne pour les communications téléphoniques.

Lors d'une discussion avec mon fournisseur de service Internet (FSI) quant à la qualité de la réception d'Internet, il s'est étonné que je réserve une ligne spéciale à cet effet, affirmant que cela n'a aucune conséquence sur la qualité de réception et que la deuxième ligne que j'utilise à cet effet est absolument inutile et une perte d'argent pure et simple.

C'est pourquoi je me suis décidé à ne garder qu'une seule ligne, en même temps pour mes communications téléphoniques et pour l'Adsl. Et j'ai contacté le fournisseur de services Internet pour qu'il bascule l'Adsl qui était sur la ligne téléphonique EFGH sur la ligne téléphonique ABCD qui servira à tous mes besoins.

J'ai alors contacté l'opérateur téléphonique et lui ai remis une copie de la demande de transfert de ligne établie par le fournisseur de l'Adsl et résilié le contrat de la première ligne téléphonique EFGH après avoir réglé la facture la concernant.

Une fois les démarches administratives terminées, promesse m'était donnée par l'opérateur téléphonique que le transfert sera réalisé dans un délai ne dépassant pas les 72 heures. C'était le jeudi 22 février vers 10h00.

Ne comptant pas samedi et dimanche, jours fériés, j'ai pris contact avec mon fournisseur, lundi matin, pour avoir des nouvelles et lui demander s'il a reçu la confirmation du transfert de la ligne de l'Adsl.

Celui-ci me mit K.O. en m'informant que les instructions reçues de l'opérateur stipulent la résiliation du contrat de la ligne téléphonique ABCD, celle supposée recevoir le transfert de l'Adsl.

Hors de moi, je ne pouvais comprendre comment cela puisse arriver alors que la demande de transfert de ligne fourni par le fournisseur est, on ne peut plus, plus claire puisqu'elle stipule ce qui suit :

- Ancien numéro support de l'Adsl : EFGH

- Nouveau numéro support de l'Adsl : ABCD

J'ai, tout de suite, pris contact avec l'agence de l'opérateur située au Lac, agence qui s'est occupée du dossier dès le départ, lui demandant comment cela puisse arriver ainsi.

Je lui ai même dit que probablement, la personne qui s'est occupée du dossier ne maîtrise pas bien le français car résiliation et transfert sont des mots bien usités par les personnels de l'opérateur téléphonique et le fournisseur du service Internet.

La responsable de l'agence prit contact avec l'échelon supérieur et, après une longue discussion téléphonique, essaya de me calmer et me promit que la question sera, rapidement, réglée et probablement en début d'après-midi. Quelques heures plus tard, j'ai repris contact avec mon fournisseur de l'Adsl pour lui demander s'il a reçu de l'opérateur les corrections nécessaires.

Comme il me répondit par la négative, j'ai repris, physiquement, contact avec le fournisseur vers 16h00. La responsable, autant désolée que moi, reprit contact avec ses supérieurs et certainement, on l'aurait tranquillisée en lui disant qu'ils s'occupent de la question.

Enfin, ce n'est que le lendemain vers 10h que le fournisseur me rassura que l'Adsl a été basculé sur le numéro ABCD.

Il a fallu un peu plus de vingt-quatre heures pour corriger une erreur qui, dans une période pas lointaine, n'aurait nécessité que dix minutes, le temps de téléphoner au fournisseur et lui confirmer les instructions par un mail. Mais, en fait, il a fallu quatre jours pour basculer ou transférer un service sur une nouvelle ligne téléphonique.

Cependant, il est inquiétant de constater que certains de nos services, qui étaient, pourtant, une grande fierté pour tous les Tunisiens, tels que Tunisair, les Télécoms, de surcroît stratégiques, se dégradent, jour après jour depuis 2011. Il en est de même pour le port de Radès que nous n'arrivons pas à maîtriser encore alors qu'il représente les poumons de l'économie tunisienne.

Ce qui est encore grave est que de très hauts cadres, formés dans les grandes écoles occidentales, surtout du domaine des télécoms, quittent, les uns après les autres, leurs hautes fonctions. Il y aurait lieu d'en chercher les raisons pour y remédier.

Alors que des pays voisins intéressent leurs cadres expatriés en leur proposant les mêmes salaires qu'ils perçoivent à l'étranger, chez nous, c'est le contraire qui se passe et nous perdons la fine fleur de nos brillants éléments.

En revenant à l'incident que j'ai vécu, je comprends, maintenant, pourquoi on se plaint de la lourdeur de l'administration et pourquoi tant d'investisseurs étrangers et même nationaux se sont désistés après les premières démarches.

Il est certain qu'il s'agit, dans le cas d'espèce, d'une incompétence caractérisée et si on ne trouve pas la solution idoine aux dizaines de milliers injectés dans la fonction publique et les entreprises nationales, suite à l'amnistie générale, notre pays n'avancera pas d'un iota et le surnombre de fonctionnaires est, déjà, devenu, et j'espère qu'on s'en rend bien compte aujourd'hui, un élément négatif à la bonne marche du service..

C'est pourquoi la réforme de l'administration, son allégement par la mise à la retraite d'office, d'au moins, une centaine de milliers de personnels, la formation pour les uns et le recyclage pour les autres sont une urgence et une condition sine qua non pour booster l'investissement et soulager nos concitoyens lorsqu'ils font appel aux prestataires de services de l'administration.

Dans les relations et rapports sociaux, il importe que la hiérarchie soit, bel et bien, affirmée, respectée et même crainte puisque c'est d'elle que dépend l'évolution de carrière du subordonné qui est, régulièrement, mis à l'épreuve, observé, suivi, noté, pour être félicité ou sanctionné.

C'est cette motivation qu'on est en train de tuer qui fait la différence entre les personnels de même rang ou grade puisque ceux qui donnent entière satisfaction sont encouragés alors que l'inefficience laisse son maître à la traîne.

La motivation, c'est aussi la compétence, c'est l'ambition et surtout la compétition. Sans compétition entre les personnels, n'importe quelle société humaine régressera inéluctablement.

Il n'y a pas plus d'une décennie, la hiérarchie était respectée à tous les niveaux, et l'épée de Damoclès n'était pas loin, des fautes pareilles, même élémentaires, n'étaient pas admises.

De même, lorsqu'un cadre ou un agent accomplit un travail remarquable, digne d'intérêt, il est récompensé d'une manière ou d'une autre : il peut recevoir des félicitations verbales ou écrites du directeur général ou du P.-d.g. ou par une notification écrite classée dans son dossier et qui lui servira, ultérieurement, lors du travail d'avancement.

Ces pratiques qui ne doivent pas plaire à certaines personnes ou associations semblent ne plus être utilisées et c'est pour cela qu'il y avait des correctifs que nous employions, il y a quelques années, à chaque fois que de besoin et qui donnaient beaucoup de satisfaction: ces sont les sanctions aussi bien positives que négatives.

Or, il semble que depuis 2011, celles-ci auraient disparu et on se demande comment départager les candidats pour des postes de responsabilité ou lors des promotions en grade. Par contre, les syndicats, dont le rôle est aussi noble que clair, essaient de s'impliquer et de s'imposer comme partie prenante de l'autorité. Et c'est là l'erreur grave et manifeste.

Est-il besoin de rappeler, de temps à autre, que les syndicats ont un rôle purement social et que toutes les composantes dc la société civile (associations, syndicats et partis politiques) ne doivent pas outrepasser leur rôle.

Mon Dieu, ayez pitié de ce pays qui ne mérite pas de tomber aussi bas, aidez et protégez ce beau et vieux pays, la Tunisie éternelle, l'héritière de Carthage !

*Ancien gouverneur

Ajouté le : 12-03-2018

Tunisie

«Des moyens dérisoires pour les jeunes»

Cependant, c'est rare de voir ces éléments briller avec ces clubs seniors. Le souci du résultat et… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.