7 Mars 2018

Sierra Leone: Jour d'élections, les grands candidats à la succesion de Bai Koroma

Photo: Le Pays
Affiche de la présidentielle

Un peu plus de trois millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour des scrutins présidentiel, législatif et communal. Les électeurs aspirent au changement, notamment pour lutter contre la corruption.

Les bureaux ont ouvert à 7h ce matin dans le pays de près de 7 millions d'habitants. Plus de 3,1 millions d'électeurs sont attendus dans les bureaux de vote toute la journée. Au programme, législatives mais aussi présidentielle et élections communales. Le chef de l'Etat sortant, Ernest Bai Koroma, doit céder la place après dix ans au pouvoir. De nombreux Sierra-Léonais aspirent à un véritable changement pour encourager le développement du pays et lutter contre la corruption endémique. Ici, une photo de votants à Freetown, la capitale:

Concernant la présidentielle, ils sont seize candidats à briguer le fauteuil de président pour les cinq prochaines années. Et à devoir convaincre des électeurs frustrés. "Il manque beaucoup de choses à la jeunesse. Des emplois, c'est sûr, mais pour moi, nous avons besoin de quelqu'un qui investisse dans les ressources humaines, pour préparer l'avenir du pays", confie Jeremiah. "C'est triste de voir notre pays sombrer ainsi, ça me rend malade je suis fatigué", renchérit Mohamed.

La croissance perturbée par Ebola

Le candidat du parti de Koroma, l'APC, s'appelle Samura Kamara. Dans une interview accordée à la DW, il tente tant bien que mal de défendre le bilan du président sortant, attaqué par l'opposition qui lui reproche par exemple une inflation gigantesque. "L'inflation est en-dessous de 10%. Les membres de l'opposition n'y entendent rien en gestion économique. Nous avons eu une des croissances les plus élevées au monde avec 20,5% en 2013. Après, en 2014, on a eu l'épidémie d'Ebola et ça a englouti la croissance qui s'est effondrée à -21% du PIB."

Un plan pour l'éducation

En face de lui, Julius Maada Bio. À 53 ans, il est le candidat du Parti du peuple de Sierra Leone. Ancien militaire, il a participé au coup d'Etat de 1992 mais a renversé le chef de la junte en 1996 et rétabli le multipartisme. "Le troisième homme" de ce scrutin est un ancien diplomate des Nations unies : Kandeh Yumkella se présente sous les couleurs de la NGC, la Grande coalition nationale. En dépit d'une polémique sur sa double nationalité, américaine, il séduit dans la frange urbaine et éduquée de la population, notamment avec son "plan d'urgence" pour l'éducation.

Kandeh Yumkella joue la carte de l'apaisement. "Je l'assure au peuple de Sierra Leone: nous ne croyons pas en la violence", assure-t-il. Un discours qui pourrait trouver un écho dans une population meurtrie par la guerre civile des années 1990 et les morts d'Ebola.

L'ombre de la junte des années 1990

Egalement parmi ceux qui pourraient compter, l'ancien vice-président évincé de Koroma : Samuel Sam-Sumana, de la Coalition pour le changement (C4C). Sa proposition phare est d'augmenter le salaire des fonctionnaires pour mieux éradiquer la corruption.

De premiers résultats partiels sont attendus dans les 48 heures. Les résultats complets devraient être connus dans les quinze prochaines jours. Des observateurs de l'Union africaine, de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest et du Commonwealth seront déployés lors du scrutin.

Sierra Leone

Arrestation de deux hautes personnalités pour corruption

Arrêtés ce jeudi matin 5 juillet, l'ex-vice-président et l'ancien ministre des Mines sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.