13 Mars 2018

Tunisie: Une rencontre décisive...

Si le secrétaire général de l'Ugtt, Noureddine Tabboubi, a formellement démenti toute volonté de quitter l'accord, il n'en demeure pas moins vrai qu'aujourd'hui, l'Ugtt compte faire pression et peser dans la balance.

Sa revendication est claire avant même le démarrage de la réunion : remanier le gouvernement. Dans son collimateur trois à quatre ministres dont l'Ugtt estime qu'ils ont échoué dans leur mission (notamment dans la négociation avec les syndicats). Dans son collimateur également des secrétaires d'Etat qui "empêchent le gouvernement d'être efficace", selon une source proche de la centrale syndicale. Parmi eux, le secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires sociales, chargé de l'Emigration et des Tunisiens à l'étranger, Adel Jarboui.

L'opposition inquiète

Hier, la centrale syndicale a d'ailleurs rendu public un communiqué de son comité directeur et dans lequel elle dresse un tableau très sombre de la situation. "Nous rappelons que nous avons proposé de mettre en place des réformes profondes liées au système fiscal, au système financier et bancaire, et nous renouvelons notre appel à prendre les mesures d'urgence pour sauver le dinar et mener un audit sur les dettes des banques publiques, de cerner les opérations financières qui se déroulent en dehors du cadre officiel et de lutter contre l'évasion fiscale... de lutter contre le blanchiment d'argent... ", peut-on ainsi lire dans le communiqué, laissant entendre que dans les domaines cités, l'Ugtt n'est pas satisfaite du travail gouvernemental.

Officiellement, la réunion sera l'occasion "d'évaluer le travail du gouvernement", mais il semble bien qu'elle sera houleuse et décisive pour l'avenir de Youssef Chahed à la tête du gouvernement.

Dans sa dernière interview accordée à la télévision publique, le chef du gouvernement a d'ailleurs anticipé les critiques en affirmant avoir fait part à ses ministres de son mécontentement de certaines performances.

Pour l'instant, rien ne filtre sur le contenu des échanges qui auront lieu au palais de Carthage. Contacté par La Presse, Mongi Harbaoui, député de Nida Tounès, n'a pas souhaité s'exprimer.

De son côté, l'opposition s'inquiète de la place que prend la centrale syndicale dans le paysage politique tunisien. "C'est dangereux de voir qu'un syndicat demande un remaniement", explique Ghazi Chaouachi, secrétaire général d'Al-Tayar et député. Il s'inquiète par ailleurs du fait que le destin de Youssef Chahed se décide à Carthage alors que le chef du gouvernement tire sa légitimité du Parlement. "Nous sommes dans un régime devenu présidentiel par la force des choses", prévient Chaouachi. Partageant la position du parti Ennahdha, le député pense qu'à l'heure actuelle, un remaniement ne serait pas bénéfique à la Tunisie. "L'économie tunisienne souffre en partie de l'instabilité politique", note-t-il.

Tunisie

Les pêcheurs tunisiens incarcérés depuis fin août en Sicile sont libres

Arrêtés après avoir tracté une embarcation de quatorze migrants jusqu'au large de Lampedusa,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.