8 Mars 2018

Le Chef de la CEA met l'accent sur les assistantes administratives

Addis-Abeba — « Bien souvent, vous pouvez vous sentir oubliée mais nous savons que vous faites partie du moteur qui dirige cet endroit », déclare Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l'Afrique, lors d'une réunion avec les assistants administratifs de toutes les divisions de la CEA le 8 mars.

Mme Songwe note que la journée internationale de la femme a tendance à être un jour où « les femmes au sommet se rencontrent et se soutiennent », et qu'il y a une « tendance à oublier certaines des personnes qui font le travail ».

C'est dans ce contexte que le chef de la CEA « a pensé que ce serait une bonne idée de vous réunir tous aujourd'hui ; écoutez vos préoccupations et vos aspirations et réfléchir à certaines des questions que nous traitons au sein des Nations Unies ».

Elle souligne la parité hommes-femmes comme l'un des domaines dans lesquels un travail sérieux doit être fait, et félicite le Secrétaire général (SG) d'être parvenu à « réaliser la parité hommes-femmes aux postes de direction dans l'institution passant de 27% à environ 50% ».

Elle note que bien que la CEA soit dirigée par une femme assistée par un homme et une femme adjoints, il y a toujours un véritable déséquilibre en faveur du personnel masculin au niveau de directeurs, P5, P4 et P3. Elle déclare que « nous avons pris la décision en toute connaissance de cause d'agir rapidement ».

Mme Songwe encourage le groupe d'assistantes administratives exclusivement féminines à faire des choix de carrière intelligents et éclairés, y compris suivre des formations pouvant améliorer leur développement professionnel, en particulier pour celles qui souhaitent passer du niveau général au niveau professionnel à l'intérieur ou à l'extérieur de la CEA.

« Les postes vacants sont très compétitifs avec les candidats de partout dans le monde. Donc, vous devez vraiment vous surpasser », déclare Mme Songwe.

Les discussions ont également porté sur la question du harcèlement sexuel et de l'exploitation sexuelle sur le lieu de travail.

« Comme vous le savez, j'ai été très ferme au sujet du harcèlement sexuel au cours des derniers mois. C'est un sujet que le SG prend également au sérieux », déclare Mme Songwe.

Elle donne l'exemple des contrats qui sont renouvelés tous les trois mois et qui par exemple, peuvent créer un système de subordination dans lequel le personnel devient plus soucieux de plaire à la personne qui est chargée de renouveler ses contrats plutôt que d'être professionnellement productive.

« Un tel système donne aux gens plus de pouvoir qu'ils ne le méritent réellement. Quand vous avez des contrats si courts, vous n'êtes pas vraiment heureux et cela signifie que vous ne donnez pas le meilleur de vous-même ».

Mme Songwe était accompagnée à la réunion de Thokozile Ruzvidzo, Directrice de la Division des politiques de développement social de la CEA, qui encourage les assistantes administratives à toujours prendre la parole car « il n'y a pas de place pour le harcèlement sexuel à l'ONU ».

Mme Ruzvidzo ajoute que nous sommes « tous prêts à vous écouter. Ne vous laissez pas harceler ».

Dans le même ordre d'idées, Sandra Baffoe-Bonnie, Secrétaire de la Commission, présente certaines voies juridiques disponibles pour les victimes de harcèlement sexuel et toute autre forme de traitement inéquitable sur le lieu de travail. Mme Baffoe-Bonnie met en garde que ne pas s'exprimer peut « créer un environnement permissif où les malfaiteurs pensent qu'ils peuvent continuer ». Elle les rassure que «sa porte est toujours ouverte et leur confidentialité sera toujours protégée ».

Toutes les assistantes administratives ont reçu des roses en guise de cadeau de la secrétaire exécutive qui dit que « les roses sont juste pour dire que vous êtes spéciales et que nous apprécions vraiment votre travail dur. Nous vous souhaitons une très heureuse journée internationale de la femme ».

Copyright © 2018 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.