13 Mars 2018

Sénégal: Incendie de Ndieck Penc - 9 accusés condamnés à 2 ans ferme

La chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Diourbel a condamne, pour le délit de destruction de biens appartenant à autrui, les neuf (9) accuses dans l'incendie survenu dans le village de Ndieck Penth à 2 ans de prison ferme et à payer la somme de 10 millions pour cheikh Mbaye et 100.000 F Cfa pour Abdou Diagne au titre des dommages et intérêts.

Le Procureur de la République qui a disqualifié le délit d'incendie volontaire avait requis un mois ferme contre ces derniers.

Les 9 accuses Madiama Ngom, Mamadou Sarr, Thierno Ngom, Aliou Sarr, Abdourahmane Faye, Abdoulahat Faye, Adama Faye, Modou Diouf et Elimane Faye, ont été déclarés coupables des délits de destruction de bien appartenant à autrui par la chambre criminel du Tribunal de grande instance de Diourbel, hier lundi.

Il on été condamnes à une peine d'emprisonnement ferme de 2 ans assortie d'une amende pour dommages et intérêts à payer (10 Millions pour Cheikh Mbaye et 100.000 F Cfa pour Abdou Diagne.

Les faits remontent au 4 mai 2017 à Ndieck Penth. C'est à la suite d'un branchement d'eau au niveau du réseau de l'Asufor du forage de Ndindy, dans le département de Diourbel, que les populations de Mboye Mbayard se sont levées pour s'attaquer à ces installations irrégulières non autorisées par le sous préfet de Ndindy.

Cette vive contestation des populations de Mboye s'explique par le fait qu'au moment où les autres villageois creusaient les tranchées des conduites en guise de contrepartie de ce projet initié par l'ONG La main dans la main, celles de Ndieck Penth avaient refusé de s'impliquer, arguant que la répartition des bornes fontaines étaient inégales. Car ceux qui ont le plus bénéficié de bornes fontaines ont eu moins de maisons.

A la barre où ces 9 accuses étaient poursuivis pour les délits d'incendie volontaire sur des lieux à usage d'habitation et de destruction de biens appartenant à autrui, ils ont avoué, comme à l'enquête préliminaire, qu'ils ont participé à la destruction du tuyau d'adduction d'eau au niveau du village de Ndieck Penth.

Le Procureur de la République, dans son réquisitoire, avait demandé l'acquittement des accuses du délit d'incendie volontaire puisqu'il n y'avait pas de preuves qui attestent qu'ils étaient les auteurs de cet incendie. Un avis qui n'était pas partagé par le conseil de la partie civile Ndiaga Dabo qui pense que la justice a été rendue.

Me Abdoulaye Babou, l'avocat de la défense déclare être satisfait du verdict du tribunal. Selon lui, ses clients ont été acquittés des délits d'incendie volontaire.

Le Procureur de la République, dans sa plaidoirie, a relevé cependant que les preuves des délits de destruction de biens appartenant à autrui sont établies. Ainsi il a demandé au tribunal de condamner les accusés à un mois ferme.

Finalement le tribunal a requalifie les faits en destruction de biens appartenant à autrui et les a déclaré les accusés coupables de ce chef d'accusation. Ils ont été condamnés à 2 ans ferme et à payer la somme de 10 millions pour Cheikh Mbaye et 100.000 pour Abdou Diagne au titre de dommages et intérêts.

Sénégal

Gouvernance de Macky Sall - De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbe

«La loi est la loi. Et nul n'est au-dessus des lois. Pas même le président» Barack OBAMA Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.