13 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Soirée culturelle - La première édition de Bimoko au parloir de Sony émerveille les spectateurs

Cette soirée a été organisée par l'association Minawa arts, que dirige Lyna de Pépito en partenariat avec le Cercle culturel Sony Labou Tansi, le week-end dernier, sous le patronage de l'ambassadeur du Cameroun au Congo, Hamidou Nji Komidor.

La cérémonie qui s'est tenue en une soirée, était une forme de retrouvailles et causeries autour du vin de palme, du feu, bref, une manière de ramener le « mbongui » du village en ville.

Lyna de Pépito, organisatrice de cette soirée, a déploré le fait que tout le monde ne soit pas venu en tenue traditionnelle tel qu'elle le souhaitait. « C'est notre premier essai, parce qu'on voulait valoriser les cultures et traditions ancestrales de notre pays. Nous voulions connaître nos différents habillements et tribus. Nous voulions brasser les cultures, mais ça n'a pas donné tel qu'on le souhaitait pour la simple raison que tout le monde n'est pas venu en tenue traditionnelle. Comme c'est la première édition, nous pouvons dire que ça va. »

La soirée a été marquée par la déclamation des slams et contes par les artistes ci-après : Bénagea, Lyna de Pepito, Richelvie, Muleck, Melo, Ruch, Armel Luyzo Mboumba, Anaël Nkeoua, Nancy...

Un doigt ne pouvant laver tout le visage, Lyna de Pépito a remercié tous ces artistes qui l'ont accompagnés. Elle a remercié également le directeur de Sony Labou Tansi, Celestin Ganongo pour avoir cru et accepté d'accompagner tout le projet jusqu'à sa réalisation, et l'ambassadeur du Cameroun, parrain de cette activité.

Deux contes ont été prononcés, le premier portait sur un homme qui parle beaucoup. La leçon à tirer de ce conte, c'est d'éviter de beaucoup parler ; d'apprendre à contenir certains secrets. Car, beaucoup de gens racontent des histoires sans pourtant tourner sept fois leurs langues. Le deuxième conte portait sur le choix d'une vie. Il s'agit de faire le choix entre la solitude et la solidarité.

Le directeur du Cercle culturel Sony Labou Tansi, Célestin Ganongo, a apprécié l'événement à sa juste valeur. « La soirée s'est très bien passée. C'est ce qui nous manquait. Nous avons dorénavant un espace de contes, de proverbes, de citations, de devinettes. C'est une occasion aussi d'amener les Congolais à consommer local, parce qu'il y a eu la dégustation du vin de palme et de la kola. Il a été demandé aux participants et invités de porter, si possible, la tenue traditionnelle ; j'ai obéi à cette invite, car je suis en tenue traditionnelle, c'est même ça. Je pense que c'est un grand succès et je suis très content. Mais ce qui a pu impressionner c'est la visite de l'ambassadeur du Cameroun. »

Célestin Ganongo a annoncé officiellement que la structure qu'il dirige est prête à abriter la deuxième édition, dès lors que cette structure a soutenu la première.

L'ambassadeur du Cameroun au Congo, dont les poèmes ont été lus, a félicité l'organisatrice de cette soirée, et pense que ce genre d'activités manque énormément dans certains pays du continent, d'où, il faut les soutenir. Il s'est porté garant à accompagner cette merveilleuse initiative.

Congo-Brazzaville

Processus électoral - La Céni réceptionne les premiers conteneurs d'isoloirs

A trois mois et quelques semaines de l'échéance du 23 décembre fixée pour la tenue des… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.