13 Mars 2018

Guinée: Kindia - Vers la mise en place d'une loi de protection des albinos

Des personnes atteintes d'albinisme sont souvent ségréguées, voir mutilées à cause des fausses croyances dans plusieurs pays africains. Pour la promotion et la protection des droits de cette couche vulnérable, chacun doit œuvrer selon ses stratégies pour sensibiliser les différents acteurs concernés.

Au total, 26 participants pour la validation technique du draft de l'avant-projet de loi portant promotion et protection des droits des personnes atteintes d'albinisme en guinée, sont réunis au CFP de Kindia ce mardi 13 mars 2018.

Ils viennent du ministère de l'action sociale de la promotion féminine et de l'enfance, du ministère de la justice, de l'office de protection du genre, de l'enfance et des mœurs, de l'INIDH, et autres départements ministériels et des institutions internationales des droits de l'homme.

Pour une durée de deux jours, c'est un moyen pour ces acteurs, de se familiariser avec le contenu des instruments juridiques internationaux et nationaux relatifs aux droits des personnes atteintes d'albinisme et notamment, la déclaration universelles des droits de l'homme.

Représentant le ministre de l'action sociale de la promotion féminine et de l'enfance, Moussa Traoré, Directeur nationale de l'action sociale, se dit satisfait de cette activité, qui s'inscrit en priorité, l'amélioration des conditions des couches vulnérables.

Cette activité de sensibilisation permettra la disposition des documents de travail, qui sera mis à la disposition du ministère de l'action sociale pour l'aboutissement à un projet de loi, qui pourra être introduit à l'assemblée nationale pour adoption.

« Le ministère de l'action sociale a pour mandat, d'initier l'élaboration de tout texte juridique portant promotion et protection des personnes vulnérables que nous avons en charge.

Des conventions internationales ont été ratifiées par la Guinée, sur la base desquelles nous sommes en train de faire des lois au niveau national pour défendre nos différents groupes cibles.

Cette activité est une grande satisfaction pour nous. Tous les groupes vulnérables que nous avons, que ça soit les handicapés, les personnes âgées ou celles atteintes d'albinisme, nous avons cette charge morale de les défendre et de les protéger.

Et pour le faire, il faudrait qu'on mette en place un cadre juridique approprié. Cela ne peut se faire qu'à travers l'adoption des projets de loi dans le domaine», a-il soutenu.

Elles sont nombreuses des ONG qui œuvrent pour la lutte contre la discrimination et pour l'égalité des personnes les plus vulnérables en premiers lieu. Et, les albinos, en Guinée comme ailleurs, constituent une priorité parmi les groupes vulnérables.

« Aujourd'hui, il est plus que nécessaire que cette loi promulguées et aussi promulguée. Elle y va dans l'intérêt et de la sécurité des personnes vulnérables. Ce qui se passe dans des pays comme la Tanzanie, ces personnes sont mutilées, assassinées, à cause des fausses croyances.

Nous ne voulons pas que cela arrive à la Guinée. Une fois cette loi en Guinée, j'en suis persuadé que l'État prendra ses responsabilités.

Cette loi une fois adoptée et promulguée, sera une première non seulement en Guinée mais aussi pour l'Afrique », dixit Adjiratou Bah chargée de communication de la fondation pour le secours et l'insertion sociale des albinos.

Pour sa part, Marie Amélie représentante adjointe du Haut-Commissariat des Droit de l'Homme a précisé « qu'une fois que nous avons un cadre juridique, il servira de référence pour le droit de ces personnes. Nous pensons qu'une fois ce cadre mis en place, les difficultés auxquelles les albinos sont confrontées, vont diminuer ».

Guinée

En concert, Keyla K se prépare à faire vibrer Conakry

Keyla K, la jeune rappeuse guinéenne est en concert, ce vendredi 21 septembre au soir, au Centre culturel… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.