14 Mars 2018

Sénégal: Marche des lycéens et collégiens de la banlieue - L'état et les syndicats au banc des accusés

Loin des classes, les élèves des lycées et collèges de la banlieue ont marché hier, mardi 13 mars, pour réclamer la fin des grèves.

«On ne nous écoute pas, alors oui, on crie ». Les lycéens et collégiens des départements de Pikine et Guédiawaye ont décidé désormais de prendre leur avenir en main. Ils ont tenu hier, mardi, une procession dans les artères de la banlieue, pour fustiger l'attitude des deux acteurs majeurs du système éducatif.

L'Etat et les syndicats d'enseignants sont au banc des accusés. Ils étaient des milliers d'écoliers à battre le macadam dans les rues de la banlieue pour exiger un retour en classe, suite aux grèves répétitives des enseignants. Une marche encadrée par les forces de la police. Le départ est donné devant le lycée Limamoulaye de Guédiawaye.

Des élèves venus des autres collèges et lycées ont rallié en masse la marche. La procession durant laquelle les élèves scandaient des slogans comme : «nous voulons étudier», tout en brandissant des pancartes.

Les potaches ont pris la route du marché Ndiaréme pour déboucher sur les deux voies jouxtant la préfecture de Guédiawaye. Ils ont profité de l'occasion pour remettre au Préfet, Cherif Blondin Ndiaye, un mémorandum des élèves.

Pour Abdourahmane Sow, élève en classe de terminale L2, la marche est un moment de dénonciation de la persistance des grèves.

«Nous sommes réunis, élèves de Limamoulaye et autres lycées et collèges environnants, pour dire non aux grèves persistantes dans le système scolaire sénégalais », a d'emblée fait savoir le porte-parole des élèves.

Avant de poursuivre : «nous n'avons pas encore composé. Il y a des élèves qui voudraient avoir la préinscription à l'étranger, d'autres veulent faire des concours. Nous n'arrivons pas à avoir nos bulletins. C'est anormal !».

Repousser les dates des examens

Suffisant pour eux, d'inviter l'Etat à prendre des engagements responsables face aux enseignants pour que les cours puissent de dérouler dans de meilleures conditions.

«Nous sommes à quelques mois des examens. Nous demandons aussi le ministre de repousser les dates des examens, car jusque-là, nous sommes loin de finir le programme», a lancé Abdourahmane Sow, non sans signaler : «les autorités doivent réagir rapidement pour que les élèves regagnent les salles ».

La marche a enregistré la présence des élèves du lycée de Keur Massar, de Yeumbeul, de Pikine.

Sénégal

Présidentielle - L'assurance de la majorité agace

Au Sénégal, toute la classe politique est concentrée sur la présidentielle de l'an prochain.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.