14 Mars 2018

Sénégal: Transformation et commercialisation de la production nationale d'huiles brutes et raffinées d'arachide - Les acteurs signent un protocole d'accord d'un an

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr a présidé hier mardi 13 mars 2018 à son ministère, la cérémonie de signature d'un protocole d'accord sur la commercialisation des huiles brutes et raffinées entre acteurs de la filière arachide.

L'appel du chef de l'Etatpour, la transformation et la commercialisation de la production nationale d'arachide semblent n'être pas tombés dans l'oreille d'un sourd.

Effet, dans la même orientation le ministre de commerce a réuni hier mardi 13 mars 2018, audit ministère industriel, producteurs artisanaux et importateurs distributeurs d'huiles brutes et raffinées pour avaliser un protocole d'accord portant commercialisation des huiles brutes et raffinées d'arachide locale.

Après un tour d'horizon sur le principe accepté, en dépit des exceptions soulevées sur les modalités (prix à l'usine, prix sur le marché, quotas d'importations, subventions, durée du protocole) les désormais collaborateurs (partenaires) ont signé ledit protocole.

Le présent protocole d'accord a pour objet de promouvoir la bonne commercialisation de la production nationale d'huiles brutes et raffinées d'arachide.

Il définit d'une part un mécanisme consensuel entre les différentes parties, qui régit les conditions de la commercialisation des huiles brutes et raffinées et une régulation des importations d'huiles d'autre part.

Catégorie d'huiles concernées

Il s'agit d'huile brute «segal» produite par les unités artisanales, l'huile raffinée d'arachide produite par les industries de raffinage.

A ce sujet, producteurs artisanaux regroupés derrière le RASIAT s'engagent à fournir aux différents industriels toutes leurs productions d'huile brute en respectant les exigences de qualité requises aux fins de raffinage et de mise en marché.

Les industriels à leur tour s'engagent à acheter la totalité de la production d'huile brute issue des unités artisanales de trituration estimée à 100 000 tonnes au compte de la présente campagne, ainsi réparties Sonacos 62 500 tonnes; Oléosen 20 000 tonnes, Cait 15 000 tonnes, et Fks 2500 tonnes.

Les importateurs distributeurs d'huiles raffinées à leur tour s'engagent à acheter et à distribuer de la totalité de l'huile raffinée d'arachide produite par les industriels de raffinage et conditionnement.

Prix et condition de vente

Les prix de cession ex-usine, convenus pour la présente campagne sont ainsi répartis : huile brute 650 FCFA, le litre ; le tourteau d'arachide 125 FCFA, le kilogramme.

A cela, s'ajoutent d'autres préoccupations comme la régulation des importations d'huile, le stock de sécurité, le suivi statistique de la production...

Importation de l'huile :Le Sénégal perd 200 milliards de FCFA par an

«Il est inadmissible que l'on continue à importer à plus de 200 milliards de francs cfa par an de l'huile alors que nous sommes un grand producteur d'arachide».

Selon Alioune Sarr, ministre du commerce «le Sénégal perd plus de 200 milliards de FCFA dans l'importation d'huile et ceci fragilise les producteurs du pays», a-t-il dit hier mardi lors d'une rencontre de signature d'un protocole d'accord entre industriels, producteurs artisanaux, importateurs distributeurs sur la commercialisation des huiles brutes et raffinées.

Donc, un marché à restructurer pour répondre à l'appel du chef de l'Etat, Macky Sall, qui a solennellement demandé au président Turc Recep Tayyip Erdogan, alors en visite officielle de 72 heures au Sénégal, d'acheter l'arachide du Sénégal.

Sénégal

Des militaires français impliqués dans une rixe à Dakar

Au Sénégal, cinq militaires français basés à Dakar sont directement liés… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.