15 Mars 2018

Cameroun: Delor Magellan Kamseu (Président Ligue camerounaise des consommateurs) sur le lait frelaté - « Lactalis est entré au pays avec la complicité du gouvernement »

interview

Nous sommes dans la Semaine nationale du consommateur qui débutée le 09 mars, s'achève le 15 mars 2018. En quoi celle-ci se différencie-t-elle des précédentes éditions ?

Il y a notre caravane de sensibilisation qui investira les artères de Yaoundé, faisant du porte - à- porte pour trouver le consommateur là où il se trouve. Cela implique les marchés, les universités, les établissements scolaires. Le consommateur camerounais est passif, et seulement préoccupé par des questions peu utiles, ne recherchant pas à connaître le droit relatif à la consommation.

Que comptez-vous effectivement apporter à ce consommateur camerounais dont vous estimez qu'il « dort » ?

Nous voulons faire du consommateur camerounais, un acteur de la consommation, qu'il soit à même de reconnaitre qu'un produit est qualitatif, et est vendu au prix homologué. Pour ce qui est de la qualité, il est souhaitable que l'Anor (Agence de la norme et de la qualité, Ndlr), fasse connaitre la norme au consommateur, afin que ce dernier ne soit plus passif, mais devienne acteur de la consommation.

Nous sommes surpris chaque jour d'entendre les gens dire à grand renfort de publicité, qu'ils sont N°1 en qualité, sans toutefois qu'on sache sur quoi cette affirmation s'adosse. Sans norme, peut-on parler de qualité ? Il n'y a par exemple qu'à déplorer comment la baguette de pain est transportée dans n'importe quel emballage, alors que cela ne devait être fait que dans un bocal vitré. Autant de choses que devrait donc savoir le consommateur que veut la LCC aujourd'hui.

A vous entendre parler, président, l'on est enclin à croire que vous placez 2018 sous un angle spécial ?

Bien entendu, 2018 sera pour nous, l'année du consommateur électeur. Nous allons demander aux présidents des partis politiques, de se prononcer clairement sur leur politique de consommation, en nous présentant des garanties sur la qualité des produits. Nous ferons comprendre au consommateur que c'est lui qui décide. Aussi profitons-nous de cette tribune que vous nous offrez, pour demander aux consommateurs de s'inscrire massivement sur les listes électorales.

Nous n'avons pas entendu la Ligue camerounaise des consommateurs sur le scandale du lait Lactalis arrivé au Cameroun. Un lait impropre dit-on à la consommation.

Lactalis est entré au Cameroun avec la complicité du gouvernement ici représenté par la Douane qui a donné le feu vert pour la circulation de ce lait dangereux pour la santé. Nous condamnons cette politique basée uniquement sur la collecte des recettes fiscales et douanières, au mépris de la santé des populations.

Et pour sortir de cet entretien, président, il y a le secteur des télécommunications pour lequel les consommateurs se plaignent sans cesse et de la piètre qualité du service, et de multiples arnaques des opérateurs. Qu'en dites-vous ?

Le secteur des télécommunications est le secteur de la mafia. L'appel téléphonique coûte toujours cher, et la qualité ne suit pas. Il est souhaitable que nous ayons un coût d'appel fixe à 50 Fcfa de jour, et 5 Fcfa pour le Sms. Cette histoire de forfaits de toutes sortes, ne nous apporte rien. Cela nous agace au final et nous nous sentons floués à la fin. Il faut des tarifs fixes pour les appels téléphoniques, afin que les gens puissent planifier sereinement les dépenses y relatives.

Cameroun

CANAL+ partenaire de la 22ème édition du Festival « Écrans Noirs »

Yaoundé, le 16 juillet 2018 – Le groupe CANAL+ renouvelle son engagement en tant que sponsor du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.