15 Mars 2018

Burkina Faso: Bobo-Dioulasso - Terminus pour un voleur de voitures

Il était longtemps recherché par la police pour les nombreux cas de vols de véhicules dont il s'était rendu coupable à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso.

Arrêté le 8 mars 2018 avec des voitures en sa possession, cet escroc qui est poursuivi pour vol, escroquerie, faux et usage de faux et stellionat a été présenté hier jeudi 15 mars 2018 à la presse. C'était dans les locaux du service régional de la police judiciaire de Bobo.

Tout est parti d'une affaire de vente de parcelle en août 2017. S.M., puisque c'est de lui qu'il s'agit, avait réussi la prouesse de vendre en utilisant de faux documents une même parcelle à trois personnes différentes à raison de 4 200 000 F CFA la transaction, soit un total de 16 800 000 FCFA.

Mais la supercherie ne tardera pas à être découverte avec toutes ces confusions qui ont émaillé les transactions. L'affaire est donc portée devant le SRPJ.

Mais S.M., qui savait qu'il était recherché, usera de toutes sortes d'astuces pour échapper à la police. « Il changeait quotidiennement de numéros de téléphone afin de brouiller toutes les pistes », a expliqué le commissaire Sayibou Galbané.

Mais la cavale de S.M. n'aura duré que huit mois, car depuis le 8 mars dernier cet escroc est dans les mailles du filet de la police. Et selon le commissaire Galbané, les investigations ont permis de découvrir que la voiture, une Mercedes C200, à bord de laquelle il circulait était le fruit d'une escroquerie.

Et du coup, toute l'attention sera portée sur S.M., qui faisait déjà l'objet d'une plainte dans des services de sécurité pour vol d'une voiture dont la victime, Raymond Nassa, résiderait à Ouagadougou.

Les enquêtes qui venaient de commencer s'accentuent au fil des jours. Elles finiront par révéler que huit autres automobiles, toutes marques confondues, ont été soit volées ou simplement escroquées par S.M.

Son mode opératoire, a expliqué le commissaire Galbané, consistait « à se rendre dans les points de vente de véhicules France au revoir où il se faisait passer pour un acheteur. Après avoir effectué son choix, prenait le volant, démarrait le véhicule dans l'optique de tester la qualité du moteur puis s'évaporait dans la nature.

A certains endroits où le vendeur était très méfiant, S.M. émettait sur-le-champ un chèque (sans provision) et ainsi partait avec son butin ». Des astuces qui ont le plus souvent réussi au regard du bilan dressé par le SRPJ après l'arrestation de S.M.

Au stade actuel de l'enquête, a dit le commissaire Galbané, neuf voitures volées ont été formellement recensées. Trois d'entre elles (une BMW et deux Mercedes) ont été dépiécées et vendues aux ferrailleurs et une autre appartenant à Moussa Simporé a été vendue au Mali.

Toujours selon le commissaire du SRPJ, les investigations se poursuivent et pourraient déboucher les jours à venir sur la saisie d'autres voitures volées.

Mais en attendant, des victimes qui manquaient véritablement de mots pour dire merci à la police étaient au SRPJ pour entrer en possession de leur bien. Une autre, Adama Coulibaly, n'a malheureusement pas eu la même chance que les autres. Son véhicule a été dépiécé et vendu pièce par pièce.

Burkina Faso

La Tabaski célébrée le mardi 21 août

"Le Président du Présidium de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB),… Plus »

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.