Afrique du Nord: Face à la démesure du culte Sissi, certains Egyptiens prônent le sarcasme

Les dix millions d'expatriés égyptiens ont commencé, ce vendredi 16 mars 2018 et pour trois jours, à voter dans le cadre de l'élection présidentielle. Ils doivent choisir, dix jours avant les électeurs d'Egypte, entre le président Abdel Fattah al-Sissi et Moussa Mostafa Moussa, chef d'un minuscule parti et inconnu il y a un mois encore. L'occasion pour beaucoup d'internautes d'exercer l'humour ancestral des Egyptiens.

Du temps des pharaons, les Egyptiens se moquaient déjà du pouvoir. On a retrouvé des graffitis dans des recoins perdus de tombes où des ouvriers se moquaient du « riche et puissant » défunt. Aujourd'hui, les réseaux sociaux ont pris la relève des gravures sur pierre. Et quelle meilleure occasion qu'une élection présidentielle complètement déséquilibrée pour exercer le sarcasme ?

D'un côté, le champion d'Egypte des poids lourds politiques. De l'autre, un poids plume amateur qui soutenait et soutient toujours le champion en titre. Un déséquilibre que l'on retrouve dans la campagne d'affichage des deux candidats. Il faut vraiment chercher, pour trouver une affiche pour Moussa Mostafa Moussa. Tandis que celles d'Abdel Fattah al-Sissi sont vraiment partout.

Comment se traduit ce sarcasme ?

Tous les genres du cinéma et de la télévision sont détournés pour illustrer l'omniprésence des affiches de soutien au président Sissi. A commencer par Titanic. On voit une photo de Learnado di Caprio dans une pose romantique avec sa dulcinée sur le pont du paquebot insubmersible. Ils sont surmontés d'affiches de soutien au président Sissi.

La scène du cauchemar du film Vanilla Sky est, elle aussi, détournée. On voit un Tom Cruise affolé courant sur la grande place déserte de Time Square à New York au milieu d'affiches « Sissi président ». Quant au restaurant « The Krusty Krab » de Bob l'éponge, il porte lui aussi une affiche dédiée à Sissi.

Mais le président sortant reçoit également le soutien de Tom & Jerry.

Le feuilleton Friends y passe aussi. On voit les protagonistes assis dans leur bistro préféré, « Central Perk », avec la cloison masquée par une affiche de soutien au président égyptien de la part du patron du café américain.

Comment réagissent les partisans du président ?

Ils s'en prennent à ceux qu'ils qualifient de « persifleurs », quand ils ne les accusent pas d'être à la solde des ennemis de l'Egypte. Vous êtes les parasites de Facebook, Twitter et autres médias spécieux. Vous n'avez jamais rien fait de positif de votre vie en dehors de publier des vannes à deux sous, écrivent des partisans du raïs, qui appellent leurs compatriotes à voter massivement.

Ce à quoi un internaute répond : « Je veux bien voter, mais je ne trouve aucune affiche pour me rappeler le nom de l'adversaire et néanmoins soutien du président. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.