17 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Couleurs de chez nous - La loi du pionnier

Il y a des couleurs très visibles et il y en a de bien pâles ou de ternes que l'on identifie avec peine. Nombre de choses décrites par cette chronique renseignent sur la vie des Congolaises et des Congolais, dans le temps et dans l'espace. Et dans la réalité.

Pour faire dans l'air du temps, nous allons observer dans la virtualité qui nous enlace. Car, de plus en plus, les gens d'une certaine génération vivent le regard tourné vers le passé. « Nostalgie » serait le juste mot pour résumer cette attitude. Comme s'ils ont la peine à s'accommoder de la vie actuelle, des adultes puisent dans leur passé pour espérer trouver les raisons de vivre.

En jetant un coup d'œil dans les téléphones des Congolais qui ont entre 40 et 55 ans, on est étonné ou charmé par les images d'époque. Parmi celles-ci : la loi du pionnier. Un texte qu'ils s'envoient, sans se lasser, et qu'ils lisent, avec une larme en coin si ce n'est un sourire et en susurrant : « Quand nous fumes ! »

C'est quoi cette fameuse loi du pionnier ? Il s'agit de dix articles qui, pris chacun ou collectivement, circonscrivaient la vie des enfants et des jeunes des années 1970. Leur morale ou leur code de conduite. Cette morale commençait par l'obéissance au parti, le respect de la nature et des biens d'autrui, en passant par l'esprit de vérité, de critique et d'autocritique, l'amour pour les parents et la patrie pour s'achever par cette exhortation à la solidarité envers les peuples opprimés, au travail bien fait, etc. Rien de mauvais dans ces « dix commandements » malgré leur côté marxisant. Ce fut une époque ! Car ce dispositif éducationnel tomba en 1991 quand la Conférence nationale souveraine prononça la fin du monopartisme.

C'est cette loi qui revient insidieusement non sans traduire cette nostalgie qui gagne un certain nombre de Congolais au point d'occuper leur vie d'aujourd'hui. Et de s'imposer comme une couleur des temps présents. Questions : pourquoi ce passé revient-il dans le présent ? Est-ce seulement par nostalgie ?

À bien des égards, ce retour traduit la déception des anciens quand ils observent la jeunesse actuelle, « digitalisée et numérisée ». Une jeunesse qui fait plus craindre qu'espérer comparée à la « Génération 70 », pour ne parler que d'elle. Ce refuge dans le passé devrait se lire comme un appel aux pouvoirs publics pour que soit adopté un code de conduite pour la jeunesse actuelle afin de la délivrer de l'insouciance et de l'inconduite qui caractérisent sa vie.

Les raisons sont certainement nombreuses pour expliquer ce goût du passé pour des gens qui affichent une aversion pour les musées. Mais celles évoquées ci-haut participent d'un constat : quand le nouveau n'est pas meilleur, on reprend l'ancien même si une certitude se dégage : autres temps, autres mœurs.

Au fait : quid de la loi Portella ?/-

Congo-Brazzaville

Le Congo et le Sénégal font jeu égal

Venus à Brazzaville en quête d'un bon résultat, les Lionceaux de la Teranga du Sénégal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.