18 Mars 2018

Mauritanie: La Chef de Délégation du CICR au Salon culturel «Ould Mahmouden» pour un débat sur l'Islam et le Droit international humanitaire (DIH)

Le Salon littéraire et culturel «Ould Mahmouden», considéré comme une référence scientifique et spirituel tant au niveau national qu'international, a organisé, samedi ,en début de matinée une rencontre qui a porté sur les points communs entre l'Islam et le Droit international humanitaire (DIH), qui est une branche du droit international public.

Pour ce faire, le Salon «Ould Mahmouden» a accueilli, ce samedi 17 mars 2018, de 12H à 17H, Madame Rachel Bernhard, la Chef de Délégation du Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

Faut-il indiquer que c'est à la demande de la Chef de Délégation du CICR que cette journée a été organisée dans ce salon culturel, dans le but, notera-t-on, «d'accroître la connaissance et la visibilité du mouvement en Mauritanie», mais aussi «l'action humanitaire entreprise par le Croissant Rouge Mauritanien et les autres partenaires du mouvement».

La rencontre a réuni d'éminentes personnalités religieuses (Cheikh Ould Zein Ould Limam du Haut Conseil Islamique, Aboubecrine Ould Ahmed, Bouna Oumar Ly, Ahmed Yéro), ainsi que du gotha diplomatique et intellectuel (Ismail Ould Cheikh Ahmed, l'ancien Envoyé spécial du SG de l'ONU pour le Yémen, El Khalil Ould Ennahoui, Dr. Bilal Hamza, SG du Prix Chinguitti, etc.). Il y avait également de hauts cadres de l'administration (Cheikhna Ould Cheikh Tourad, Directeur au Ministère des Affaires islamiques), des journalistes, des acteurs de la société civile, d'anciens détenus des prisons mauritaniennes (Taher Ould Biyé) et américaines de Guantanamo (Mohamedou Ould Sellahi).

C'est dire que le Salon «Ould Mahmouden», sis au quartier chic de Tevragh-Zein regorgeait de beau monde et que l'évènement a été prisé par une audience intéressée. Certes le Salon a son public mais il en a accueilli de plus, le sujet étant d'intérêt public et touchant l'Islam, le droit et la jurisprudence islamique pour en chercher les points communs avec le Droit international humanitaire.

La rencontre démarrera avec un mot de bienvenue, lu au nom du saint homme, par un membre de son Salon, dans lequel il soulignera que l'action menée par le mouvement du CICR et le Croissant Rouge Mauritanien pour soulager les souffrances des victimes de la guerre et des violences, traiter les personnes blessées et malades, protéger les détenus est conforme à la tradition musulmane, l'essence du droit humanitaire ne contredisant en rien les préceptes fondamentaux de la Charia.

Prenant la parole à son tour, Rachel Bernhard, la Chef de Délégation du CICR, notera que «le droit et la jurisprudence islamiques ont, depuis le 6ème siècle, élaboré des règles juridiques, précises, pertinentes en vue de protéger la vie et la dignité humaine des blessés et malades, des détenus et des non combattants et encadrer la conduite des hostilités dans le cadre des conflits armés». «Le droit islamique a été une source d'inspiration importante pour le droit international humanitaire», dira-t-elle, ajoutant que «pour le CICR, cette rencontre entre dans le cadre d'un dialogue de fond avec les universitaires et les érudits mauritaniens sur les similitudes entre le droit international humanitaire et son équivalent dans la jurisprudence islamique, car cet échange est crucial pour promouvoir la protection et le respect de la vie et de la dignité humaine».

Soulignant que le CICR entretient des relations privilégiées avec le monde musulman depuis le 19ème siècle, il a signé, depuis 1994, avec l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), un accord de coopération qui lui donne le statut d'observateur auprès de cette organisation et qu'il tient régulièrement des consultations et concertations avec le département humanitaire de cette institution, sans compter une série de fora organisée avec le monde islamique en Arabie Saoudite, au Koweit, en Tunisie, en Egypte, etc.

La parole reviendra ensuite au Secrétaire général du Croissant Rouge Mauritanien, Mohamedou Ould Raby qui rappellera le rôle joué par son institution pour gérer les catastrophes et intervenir auprès des personnes les plus vulnérables, notamment les réfugiés maliens.

Cheikhna Ould Cheikh Tourad, Directeur au Ministère des Affaires islamiques, louera à son tour le travail du CICR qu'il accompagne depuis 2010 avant de passer le micro à Mohamedou Ould Sellahi, ex-détenu mauritanien de Guantanamo dont le témoignage sera émouvant : «Le CICR veut aider par tous les moyens, je leur dis merci, ce qu'il fait c'est notre morale, notre éthique.»

Il sera suivi par l'ex-détenu Taher Ould Biyé qui dira : «En tant que musulman, nous nous devons de remercier le CICR pour nous avoir été d'un grand secours, améliorant nettement nos conditions de détention pendant huit (8) ans.

Idem pour l'érudit El Khalil Ould Ennaoui qui saisira l'occasion pour évoquer son isolement d'il y a une trentaine d'années, dans une prison à l'intérieur du pays et de la mobilisation du CICR pour sa libération.

Très attendue, l'intervention de M. Ismail Ould Cheikh Ahmed, l'ancien Envoyé spécial du SG de l'ONU pour le Yémen, remettra à plus tard la projection d'un film sur le CICR. Le diplomate prendra la parole pour féliciter les organisateurs de cette rencontre. «Je les remercier pour cette initiative car l'importance de la culture dans le développement des Nations passe par là», indiquera-t-il. «J'ai vu les hommes du CICR à l'œuvre, j'ai travaillé avec eux en Syrie, en Lybie, au Yémen, j'en sais quelque chose. Ils mènent un travail humanitaire formidable, allant dans des zones où nous ne pouvons pas nous rendre. Ils ont parfois été kidnappés et ils y ont même laissé leur vie. Ils méritent l'estime et le respect et il n'y a pas de contradiction entre l'Islam et le DIH. Je les remercie.»

D'autres intervenants suivront de Mint El Abed de l'ONG Besma, à l'érudit Cheikh Ould Zein Ould Limam, en passant par Moctar Ould Ovah qui s'interrogera pourquoi le monde islamique n'a pas encore créé une telle institution humanitaire globale.

La manifestation marquera une pause pour la prière de 14H qui laissera ensuite la place au déjeuner avant que les échanges ne reprennent de plus belle, questions et réponses prenant le dessus, dans une ambiance bon enfant.

Mauritanie

Moins de 10% de réussite au bac

Les taux de réussite au baccalauréat ne dépassent plus les 10% depuis plusieurs années. Le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence Nouakchott d'Information. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.