19 Mars 2018

Cote d'Ivoire: Zadi Gnagnan Théodore - "18.900 fonctionnaires ont déjà perçu leur argent"

interview

Le paiement du stock des arriérés des fonctionnaires est effectif depuis fin janvier dernier. Les premiers bénéficiaires ont commencé à toucher leur dû. Dans cet entretien réalisé au téléphone, le président de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public, Zadi Gnagnan Théodore, fait le bilan à mi-parcours de cette opération.

 Comment se déroule le processus de paiement du stock des arriérés ?

Le processus de paiement du stock des arriérés se déroule normalement. Pour nous, c'est une satisfaction, parce que le Gouvernement Amadou Gon Coulibaly tient parole.

 Peut-on avoir une idée du point de paiement de ces arriérés ?

Oui, mais je voudrais faire un point global de la situation, parce qu'on est souvent arc-bouté sur la question du paiement du stock des arriérés et on oublie que l'accord signé avec le gouvernement est un accord global. Il porte sur plusieurs points de revendications.

Et il est bon qu'on fasse un point global des revendications qui sont en train d'être mises en œuvre. Donc, il est bon qu'on en parle de façon globale. Parmi ces différentes revendications auxquelles a accédé le gouvernement, on a la question des retraités.

Sur ce point, une nouvelle ordonnance, du moins une nouvelle loi, a été prise. Les retraités et les orphelins des retraités ont commencé à bénéficier des retombées de cette nouvelle loi. Nous souhaitons simplement que ce processus soit accéléré pour ces derniers.

La deuxième chose, c'est l'intégration des agents journaliers à la Fonction publique. Nous avions 1800 journaliers à recruter et 900 devaient l'être cette année. Le concours a été lancé et nous attendons pour le moment les résultats.

Ensuite, il y a les 100 et 150 points de bonification indiciaire accordés à 41000 fonctionnaires non bénéficiaires d'une grille particulière. Ils sont issus des emplois tels que les Eaux et Forêts, les secré- taires fonctionnaires, les agents de l'administration pénitentiaire, les ingénieurs, les agents de l'administration territoriale.

Depuis janvier 2018, les bonifications ont été faites. Ces fonctionnaires ont bénéficié d'une augmentation de salaire, allant de 23 000 à 40.000 FCFA.

Concernant la question du stock des arriérés au moment où nous réclamions, le gouvernement avait commencé le paiement. Nous avons été même surpris par la célérité avec laquelle le gouvernement du président Alassane Ouattara avait commencé cette opération en fin janvier dernier.

Le processus qui a été mis en place, c'est qu'on a commencé à payer d'abord les montants compris entre 1 et 500.000 FCFA. C'est ce qui a été fait en janvier et février 2018. Ils sont environ 18.900 fonctionnaires à percevoir leur dû.

Ils ont été pratiquement tous évacués en dehors de quelques cas d'omission qui arrivent dans une telle opération d'envergure. Ensuite, nous avons entamé le paiement des montants par tranche en fin février dernier.

On a commencé par le matricule le plus ancien. Et l'ancienneté a été privilégiée. Tous les fonctionnaires ayant un matricule inférieur ou égal à 155, en activité, ont été payés ce mois-ci (mars, Ndlr). Donc, ils ont été payés jusqu'au matricule 0155.

Et cela fait environ 10.000 fonctionnaires dans cette catégorie qui ont bénéficié de ces arriérés. Les montants payés sont compris entre 150.000 FCFA et 2,7 millions de FCFA en une seule fois. Et c'est par tranche.

Cela veut dire que la personne qui a 2,7 millions de FCFA par exemple attend un stock d'arriérés de 24 millions de FCFA. C'est le cas de professeurs d'université. Le paiement va se poursuivre avec les Matricules qui suivent. L'autre question, c'est la situation des retraités concernés par le stock des arriérés.

Dans les accords, il est indiqué que les retraités sont payés en une seule fois, quel que ce soit le montant. En relation avec l'Ips-Cgrae , la Solde est en train de faire le point de ces retraités pour les payer rapidement.

Y compris les ayants -cause des fonctionnaires décédés. L'Ips - Cgrae va mettre à la disposition de la Solde, tous les fichiers des fonctionnaires décédés, pour que, eux aussi, en une seule fois, on puisse les payer.

Voilà où nous en sommes aujourd'hui dans la mise en œuvre des accords avec le gouvernement. Pour nous, c'est une satisfaction.

Avez-vous les statistiques des retraités et ayant-cause bénéficiaires ?

Non. Les chiffres retrouvés par la Solde, avoisinent 10.000 personnes (ce sont les retraités). Les montants de ces derniers vont jusqu'à 25 millions de FCFA (les professeurs d'universités, les magistrats).

Les retraités dont les dossiers ont été traités percevront leur stock des arriérés à la fin du mois d'avril 2018. Et ils toucheront ces montants en une seule fois. Quel que soit le montant, ces retraités perçoivent leur argent en une seule fois.

Et ils sortent du jeu. Cela demande un travail minutieux. C'est l'Ips-Cgrae qui peut mettre les fichiers et leur numéro de compte à leur disposition pour qu'on puisse leur virer l'argent.

Il va rester donc comme un résiduel, la situation des fonctionnaires nouvellement retraités (le contingent 2017) dont les dossiers ne sont pas encore arrivés à la Cgrae.

Nous sommes en train de chercher un moyen pour pouvoir les payer. Pour certains, ils ne sont plus sur le fichier de la Solde et leur dossier n'est pas encore à la Fonction publique.

Leur dossier est entre les DRH de la Fonction publique et la Solde. Il faut qu'une solution soit trouvée pour eux également, pour qu'on puisse les payer.

 Des fonctionnaires disent ne pas se reconnaitre dans le mode de calcul de ce stock des arriérés. Quel commentaire ?

Nous avançons bien dans le processus de paiement. Mais ce qu'il faut retenir c'est que le mode de calcul varie selon qu'on est enseignant ou personnel (préscolaire au secondaire, ou du supérieur ou du secteur de la Santé).

Donc c'est un total du montant qui constitue le stock des arriérés. Par exemple, le secteur de la santé connait ses montants qui oscillent entre 800.000 et 3 millions de FCFA. A l'Enseignement supérieur, cela part de 500.000 à 13 millions de FCFA.

Mais bien plus, pour les bi-appartenant (ceux qui sont à la fois médecin et professeur), eux perçoivent près de 25 millions de FCFA pour certains.

Mais c'est la Solde seule qui peut donner les vrais chiffres. C'est pourquoi sur le bulletin de salaire des bénéficiaires, nous avons fait en sorte qu'il apparaisse dans un chapitre, le montant global de ce qui est payé.

Et ce qui est payé n'est pas une division euclidienne. Il faut que les fonctionnaires le comprennent. Ce n'est pas parce ce que vous voyez 1 sur 8 (1/8) sur le bulletin qu'on vous donnera forcement 08 millions de FCFA cette année. Non. On vous donnera en fonction de la cagnotte disponible.

Mais ce qu'il faut retenir, c'est que votre paiement tiendra dans le délai qui vous est imparti. Ce processus qui démarre avec quelques petites imperfections, sera amélioré au fur et à mesure. Le processus va s'étendre jusqu'en 2025.

Et les montants vont se bonifier au fur et à mesure que le nombre de bénéficiaires diminue. Pour nous, le plus important, c'est le démarrage du paiement et là, c'est du concret.

Le reste ce sont des modalités qui doivent être ajustées. L'essentiel c'est que les fonctionnaires ont reçu quelque chose, alors qu'ils n'espé- raient pas l'obtenir. Je pense qu'on doit saluer cela au lieu de se plaindre.

 Votre commentaire sur la question des précomptes et les libertés syndicales ?

La question des précomptes est en train d'être réglée. Les responsables syndicaux sont sur les terrains pour pouvoir recueillir ces pré- comptes.

La seule revendication qui est encore sur la table, c'est la situation de certains camarades du ministère de l'Education nationale qui n'ont pas encore retrouvé leur poste jusqu'à maintenant.

Et nous ne comprenons pas cette situation. Nous pensons qu'au moment où l'Etat est en train de faire des efforts, il faut que ce problème soit réglé pour qu'ils puissent retrouver leur poste.

Etaient-ils sous sanction ?

Oui. Ils étaient sous sanction pour la grève de janvier 2017. Ils sont six fonctionnaires au niveau de l'Education nationale. L'accord pré- voit qu'avec la signature, leur sanction soit levée (Article 4 du Protocole d'Accord sur la trêve).

Malheureusement, à l'Education nationale, cet accord n'est pas appliqué et nous le regrettons. En tout cas, les fonctionnaires sont reconnaissants au chef de l'Etat et au Premier ministre. LP : Vous avez en projet la construction de la maison des fonctionnaires.

A quoi servirat-elle ? ZGT : C'est lors de notre dernière Assemblée générale que les fonctionnaires ont décidé de bâtir une "Maison des Fonctionnaires".

Une cotisation de 10.000 FCFA pour chaque fonctionnaire dont la finalité est de bâtir cette "maison du fonctionnaire". Et leur contribution oscille entre 10.000 FCFA et 100.000 FCFA.

En tout cas, nous saluons cette action. Nous comptons faire le point d'ici quelques semaines. Il faut noter que cette maison qui sera bâtie à Abidjan sera le lieu de retrouvailles des fonctionnaires et nous permettra de suivre leurs carrières. Cela manque en Côte d'Ivoire. Cette maison existe au Ghana et en Afrique du Sud.

Cote d'Ivoire

AG constitutive du RHDP - Le divorce consommé entre ADO et Bédié

Ça y est ! Le RHDP (Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix), du nom de ce parti… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.