19 Mars 2018

Tunisie: L'espionnage prend de nouvelles formes

Les victimes qui ont été « stalkées » via les réseaux sociaux sont nombreuses. «Tout le monde peut être un « stalker » et victime de « stalk » sur les réseaux sociaux ! », estime Amira, fonctionnaire, la trentaine.

Elle avoue d'ailleurs qu'elle avait été tentée à maintes reprises de jeter un coup d'œil sur les profils de personnes qu'elle trouve intéressantes sur Facebook ou autres réseaux sociaux. « S'il s'agit simplement d'une question de curiosité, ce comportement est anodin, mais quand cela devient une obsession, dans ce cas là on peut parler de pathologie et de vraie « traque », explique-t-elle. Amira, qui a été surveillée, voire espionnée, par l'une de ses amies via le net, ajoute que le fait de fouiller dans les données personnelles d'une personne sur les réseaux sociaux dont l'objectif principal serait de mieux connaître cette personne, ses goûts, ses choix, ses idées ... n'est pas malsain. « Mais quand cela devient une sorte d'obsession, un désir de surveillance, d'espionnage dont le but serait de contrôler l'autre, il s'agirait plutôt d'un vilain défaut. C'est du voyeurisme !», s'insurge-t-elle.

« Vos publications parlent de vous »

« Traquer une personne » sur les réseaux sociaux est devenu presque un réflexe qui en dit long sur la personne en question. Ceux qui recherchent le candidat adéquat à un poste d'emploi n'hésitent pas à jeter un coup d'œil sur son compte facebook afin de mieux cerner le profil de ce dernier. Mais le but est bien différent. « On ne traque pas la personne pour le simple plaisir de le traquer. Bien au contraire. Cette attitude s'explique par le fait de vouloir opter pour le bon candidat car les publications, les statuts postés sur les réseaux sociaux, peuvent refléter le profil d'une personne», nous explique une experte en communication.

Voyeurisme ?

Mais qu'en pense notre sociologue sur cette question ? Foued Ghorbali, enseignant à la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis, estime que le « stalk » s'explique par le fait que l'être humain est toujours poussé par la curiosité de comprendre comment les autres vivent : comment s'habillent-ils, où ils sortent, qu'est-ce qu'ils mangent... « Et c'est surtout avec l'émergence des réseaux sociaux tels que facebook, Instagram, Twitter... sur lesquels un individu peut poster publiquement ses photos, que le désir de contrôle, de surveillance s'accroît », avance-t-il.

Et d'ajouter :« Certaines relations humaines entre les individus peuvent même se définir selon les publications de ces derniers sur ces réseaux.Mais le fait de traquer une personne devrait se faire avec modération, car quand cela devient récurrent, voire une obsession, cela se transforme en une atteinte à la liberté personnelle et on peut parler de voyeurisme», conclut-il.

Il y a bien longtemps, Jean-Pierre de Florian, le fabuliste, écrivait dans l'une de ses histoires à morale : « Pour vivre heureux, vivons cachés ».N'est-il pas raisonnable de suivre son conseil pour éviter de subir ce voyeurisme sur les réseaux sociaux ?

Tunisie

Coupe du monde - Pourquoi le continent a du mal à transformer...

Le dimanche 15 juillet dernier, les lampions se sont éteints sur la Coupe du monde Russie 2018, avec la victoire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.