Afrique: Le Nigeria suspend sa participation à l'accord de libre-échange de l'UA

Président du Nigéria, Muhammadu Buhari.

Le président Buhari ne se rendra pas à Kigali, où a lieu cette semaine un sommet extraordinaire de l'Union pour signer le traité sur la zone de libre-échange continentale. Muhammadu Buhari devait y signer ce traité mais il a décidé de suspendre la participation de son pays à cet accord.

Dans un communiqué, le président Buhari explique qu'il n'ira pas à Kigali parce que certaines personnes, qu'il ne nomme pas, n'ont pas été consultées. Il dit souhaiter donc donner plus de temps aux consultations.

Le libre-échange inquiète l'un des plus grands syndicats du pays, le Congrès du travail du Nigeria. Cette centrale syndicale soutient que le libre-échange pourrait creuser les écarts entre les nations africaines.

« Radioactif »

Aux yeux de son président, Ayuba Wabba, le traité de libre-échange est d'inspiration « néo-libérale ». Dans un communiqué, il l'a même qualifié « d'extrêmement dangereux » et de « radioactif ».

Ce traité vise à intégrer les 54 pays africains dans une zone de libre-échange. Il doit réunir, à terme, des blocs régionaux comme la Cédéao, en Afrique de l'Ouest, et la SADC, en Afrique australe.

Ce traité prévoit l'abolition des barrières commerciales, alors que le président Buhari a adopté une politique économique protectionniste. Concrètement, il est interdit d'importer de nombreux produits pour encourager le « made in Nigeria ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.