19 Mars 2018

Sénégal: Présidentielle 2019 - Karim «met en demeure» Macky

« Je suis plus que jamais déterminé à faire face à Macky Sall lors de la prochaine présidentielle et à le battre». Telle est la conviction de Karim Wade qui, dans une tribune adressée hier à la presse, est revenu sur l'arrêt de la Cour d'appel de Paris qui le dédouane des accusations portées contre sa personne par la justice sénégalaise, en refusant de cautionner la confiscation de ses biens.

Karim Wade est décidé à en découdre avec Macky Sall. Depuis le Qatar, le fils de l'ex-Président convaincu qu'il est victime d'un acharnement de la part d'un pouvoir qui veut se débarrasser d'un adversaire politique, a défié ouvertement le chef de l'Etat. Par le biais d'une correspondance adressée en ce sens, le candidat du Pds est sorti du bois pour afficher ouvertement son sentiment vis-à-vis des poursuites engagées contre sa personne. «Encore une fois, justice m'est rendue par des juridictions étrangères indépendantes impartiales composées de magistrats non soumis aux ordres de Macky Sall et de son clan.

En effet, ce 14 mars 2018, la Cour d'Appel de Paris, confirmant un jugement déjà rendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris, a infligé un cinglant revers à Macky Sall en rejetant la demande de confiscation présentée au nom de l'Etat du Sénégal». Et de poursuivre : «Le moment est venu pour Macky Sall de se rendre à l'évidence en regardant la réalité en face. Des juges à son service exclusif, en violation de leurs devoirs, ont pu lui faire croire qu'il pouvait choisir ses adversaires en m'éliminant avec leur aide, de toute compétition politique et perpétuer ainsi le pouvoir de son clan, de ses amis et de sa famille ».

Karim Wade dira par suite : « Partout, où ma cause a été entendue équitablement par un tribunal impartial devant la Cour de Justice de la Cedeao, le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies, le Pôle Financier de Paris suite à la plainte de l'Etat du Sénégal en France et, maintenant devant la Cour d'Appel de Paris, le droit et la vérité lui ont été opposés anéantissant ainsi ses rêves de se débarrasser de l'adversaire politique que je suis. Depuis 2012, il aura dilapidé en vain des dizaines de milliards pour mener une prétendue traque des biens mal acquis dont l'objectif inavoué est aujourd'hui connu de tous. La cause est désormais entendue ! Des juridictions indépendantes m'ont disculpé et la Banque Mondiale sollicitée par l'Etat du Sénégal en avait fait de même dès le début de la procédure initiée contre moi, dans un rapport honteusement et frauduleusement soustrait du dossier de la procédure devant la Crei ».

En fin de compte, Karim Wade a relevé dans sa correspondance : « Le moment est également venu pour Macky Sall de se résoudre à m'affronter dans une compétition loyale et transparente. Je suis plus que jamais déterminé à lui faire face, lors de la prochaine élection présidentielle et à le battre au soir du 24 février 2019.Je fais la promesse ferme aux Sénégalais, que s'ils m'accordent la majorité de leurs suffrages au soir du 24 février 2019, je me mettrai immédiatement au travail avec eux, pour abréger les souffrances de mon peuple et mettre un terme au règne de l'injustice en lui ouvrant de nouvelles perspectives que lui assignent son audace et son mérite ».

Sénégal

Le Congo et le Sénégal font jeu égal

Venus à Brazzaville en quête d'un bon résultat, les Lionceaux de la Teranga du Sénégal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.