20 Mars 2018

Burkina Faso: Formation civique et patriotique

La direction générale du Service national pour le développement (SND) a lancé, le lundi 19 mars 2018, à Ziniaré, au Plateau central, les sessions de formation civique et patriotique des jeunes dans huit régions du Burkina Faso.

Le Service national pour le développement (SND) vise, en cultivant un sens élevé du civisme, à renforcer la cohésion nationale et à contribuer au développement socioéconomique du Burkina Faso. Dans cette perspective, la formation civique et patriotique constitue un des piliers essentiels. Pour ce faire, depuis 2002, l'institution s'est mise dans cette dynamique au profit des jeunes des villes et campagnes du pays. Chaque session de formation consiste à réunir dans un chef-lieu de région ou de province, plusieurs centaines de jeunes durant cinq jours pour échanger autour d'une quinzaine de modules.

C'est dans ce cadre que pour cette année 2018, des sessions de formation seront organisées au profit de 3000 jeunes des régions du Plateau central, du Centre-Sud, du Nord, de la Boucle du Mouhoun, de l'Est, du Centre-Nord, du Centre et des Hauts-Bassins. C'est la capitale régionale du Plateau central, Ziniaré, qui a été choisie pour abriter la cérémonie de lancement officiel de ces sessions de formation. Ce choix a réjoui la gouverneure du Plateau central, Nana Fatoumata Benon/Yatassaye. « L'actualité de notre pays ne cesse de nous renvoyer des images de notre jeunesse en perte de certaines valeurs cardinales telles que le respect du bien public, l'honnêteté, l'intégrité, la charité, la solidarité, la tolérance.

C'est donc dire que cette session de formation civique et patriotique vient à point nommé parce qu'elle contribuera à l'édification des jeunes de type nouveau dans nos cités », a-t-elle déclaré. Elle a invité les jeunes de la région à faire preuve d'assiduité et à participer activement aux débats afin qu'au sortir de cette session, des comportements nouveaux soient perceptibles en chacun d'eux. Pour le conseiller spécial du Premier ministre, Jules Tapsoba, ces sessions de formation répondent à l'appel du chef du gouvernement. « Afin de permettre au gouvernement de mettre en œuvre les réformes économiques et politiques nécessaires, d'améliorer le niveau de vie des Burkinabè et de mettre un terme à l'injustice et à l'incivisme, j'insiste sur le devoir pour toutes les institutions publiques de l'Etat, en particulier le SND de former une jeunesse responsable et proactive », a-t-il relevé.

Pendant les cinq jours de formation, les modules à développer portent sur les valeurs morales fondamentales, les symboles et les institutions de la République, la participation citoyenne, le respect du bien public, la lutte contre la corruption et la fraude, la sensibilisation aux questions sécuritaires et la lutte contre le terrorisme, le patrimoine culturel national matériel et immatériel, l'Etat de droit. Cette session de formation sera animée par des intervenants indépendants, le RAJS, le RENLAC, les commandants de régions militaires et les ministères en charge de la culture et de la promotion civique.

Burkina Faso

Dialogue politique entre le pays et l'Ue

Les sept ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne au Burkina Faso, ont tenu une rencontre avec des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.