20 Mars 2018

Burkina Faso: Excellence en milieu scolaire - Le MENA réinscrit les bourses dans son programme

Après 20 ans de suspension, les allocations d'études sont de nouveau disponibles pour les meilleurs élèves. Et la date qui sera inscrite en lettres d'or dans l'agenda du ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation est le 20 mars 2018, qui correspond à la cérémonie officielle de leur lancement. Pour l'année scolaire en cours, ce sont au total 8 272 élèves du postprimaire et du secondaire qui en sont bénéficiaires.

Il y a deux décennies que l'aide avait été supprimée. Mais le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui «accorde du prix au retour des allocations d'études, s'est personnellement engagé», nous dit le ministre Ouaro.

Chose promise, chose due : le 20 mars 2018 consacre la réintroduction des bourses au profit des élèves du primaire et du postprimaire. Pour l'année scolaire 2017-2018, au total 8 272 élèves, dont 4 400 filles, bénéficieront d'une somme mensuelle fluctuant entre 12 mille et 14 mille F CFA. L'opération a coûté au budget de l'Etat environ 1,5 million de F CFA.

Quelques bénéficiaires présents à la cérémonie ont reçu leurs attestations de bourses. Lorène Compaoré est leurs représentants. Cet élève de seconde C au lycée scientifique de Ouaga, qui a obtenu la moyenne de 16/20, a adressé « un grand merci aux autorités » d'avoir reconduit les bourses. «Nous tâcherons de ne pas vous (ndlr : les autorités) décevoir», a-t-elle promis.

Le ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Stanislas Ouaro, s'est prononcé sur les critères d'attribution des bourses. Il a expliqué que la Direction de l'information, de l'orientation scolaire, professionnelle et des bourses (DIOSPB) a travaillé à mettre en place des textes réglementaires et que les critères d'octroi sont l'excellence et l'orientation.

Il a encouragé les apprenants à opter pour les études techniques et professionnelles. «La politique en matière d'éducation prévoit un renforcement de la formation technique et professionnelle. Dans l'octroi des bourses, la volonté s'est traduite par la définition d'un quota», a indiqué le ministre Ouaro, qui a aussi informé que les élèves qui sont dans les formations techniques reçoivent, dans le cadre de l'aide, un forfait supplémentaire pour l'achat du matériel d'études.

La directrice de la DIOSPB, Aïssata Bouda/Ilboudo, pense aussi qu'il est judicieux de canaliser les apprenants vers les filières scientifiques, techniques, etc. Ainsi, elle a déclaré que «dans un contexte actuel marqué par l'insuffisance de vivier dans les filières scientifiques, techniques et professionnelles, il est normal que les autorités en charge de l'éducation aient jugé nécessaire d'optimiser l'accompagnement des élèves méritants dans l'octroi des bourses d'études».

De façon générale, elle dit espérer que le retour des bourses motivera davantage les élèves, améliorera leurs rendements et, partant, l'efficacité du système éducatif burkinabè.

Bientôt une autre condition d'octroi

La condition sociale des parents sera prochainement définie comme un critère d'octroi des allocations scolaires. « Les partenaires sociaux, lors des négociations, ont souhaité que le critère d'excellence soit couplé à celui de la condition sociale.

Très bientôt, nous tiendrons des échanges avec certains acteurs de l'éducation, dont les partenaires sociaux. La rencontre va consister à proposer de nouveaux critères d'attribution qui tiennent compte de l'excellence et de la condition sociale des parents », a soutenu le ministre avant de «garantir» la transparence de l'opération.

Burkina Faso

Dialogue politique entre le pays et l'Ue

Les sept ambassadeurs des pays membres de l'Union européenne au Burkina Faso, ont tenu une rencontre avec des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.