21 Mars 2018

Sénégal: Lutte contre l'extrémisme violent - Les acteurs listent les entraves aux poursuites judiciaires

L'extrémisme violent est une question difficile à cerner. Selon le directeur de Timbuktu Institut, le professeur Bacary Samb, qui a pris part hier, mardi 20 mars, à la conférence régionale sur les réponses de la justice pénale et la société civile contre l'extrémisme violent, la question n'est pas très bien comprise par les acteurs judiciaires.

Par ailleurs, il ajoute qu'il y a un grand débat autour du dilemme entre l'impératif de respecter les droits humains et celui de la préservation de la sécurité des Etats. En présentant les recommandations pour une meilleure gestion de l'extrémisme violent, Bacary Samb a aussi souligné l'importance du dialogue entre acteurs de la justice et les défenseurs des droits humains afin que les réponses apportées soient collégiales et réfléchies. Lutter contre le terrorisme de manière efficace revient aussi à harmoniser les législations.

Pour la conseillère juridique à l'ambassade des Etats-Unis à Dakar, Gail Fisk Malone, pour décortiquer l'extrémisme violent, il faut étudier les causes qui poussent certaines personnes à adopter des positions radicales. Mieux, il faut aussi, pense-t-elle, remettre en cause les méthodes de lutte.

A en croire la conseillère juridique à l'ambassade des Etats-Unis, le fait d'inculper des personnes sans les preuves nécessaires met en colère les prévenus et sape la confiance qu'ils ont dans les institutions gouvernementales. Un fait qui peut mener à la radicalisation, note-t-elle.

Sénégal

Non au silence sur les droits humains lors de la visite du président chinois

Le président Macky Sall ne doit pas passer sous silence la question du respect des droits humains lors de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.