22 Mars 2018

Burkina Faso: Putsch manqué de septembre 2015 - Le procès renvoyé au lundi 26 mars prochain

Photo: acpe-asso.org
Maillet de Justice

A la reprise du procès ce jeudi matin, le tribunal militaire a procédé à l'examen des mémoires déposés par certains avocats de la défense. Sur les 6 cités par le président du tribunal, seul Me Mathieu Somé, avocat du général Gilbert Diendéré était présent pour défendre son mémoire.

Mais contre toute attente, l'avocat revient sur la récusation formulée contre Seydou Ouédraogo, président du tribunal et son conseiller Emmanuel Konane. Pour Me Somé, le tribunal doit statuer sur la récusation avant la poursuite du procès «comme l'indique l'article 27 du code de justice militaire».

Le parquet pour sa part estime que ce n'est pas au tribunal de se prononcer sur sa propre récusation. «Nous demandons également de faire référence à l'article 5 du code de justice militaire», requière le procureur militaire. «Le Conseil constitutionnel a notifié le 20 mars dernier que le tribunal militaire est une juridiction spéciale. Donc on peut déroger à tout», rétorque Me Somé.

Le tribunal décide alors de statuer sur les mémoires introduits à son niveau, avant de statuer sur la récusation. Chose que les avocats de la défense contestent et demandent une suspension de 5mn. Le ministère public s'oppose à cette requête alors que la partie civile ne trouve aucun inconvénient et s'en remet à la décision du tribunal. Après concertation, le tribunal accorde une suspension de 30mn à la défense pour se concerter.

A la reprise, Me Dieudonné Bonkoungou au nom de la défense, fait un réquisitoire pour protester contre la décision du tribunal de poursuivre sans statuer sur la récusation. «Nous avons accepté beaucoup de choses depuis le début de cette audience.

Nous avons accepté que la partie civile prenne la parole en dernier alors que nous sommes les accusés. Nous avons accepté que vous soyez là où vous êtes même si cela est irrégulier. Nous constatons que vous voulez examiner les mémoires avant de vous prononcer sur la récusation formulée à votre encontre.

Nous ne sommes pas ici pour faire du spectacle comme le disent nos adversaires. Il s'agit de nos droits. Après concertation, nous avons décidé de ne pas participer à l'examen des mémoires tant que vous ne statuez pas sur la récusation. Mais nous n'allons pas quitter la salle non plus», a laissé entendre Me Bonkoungou.

C'est alors que le parquet dit prendre acte et invite le tribunal à prendre ses responsabilités. Le tribunal poursuit alors la lecture des mémoires, les réquisitions du parquet et de la partie civile avant de renvoyer le procès au lundi 26 mars à 8h30 aux fins de statuer sur les mémoires et la récusation.

En savoir plus

3e séance procès du putsch - La défense muette, l'audience suspendue

Le procès de Gilbert Diendere et de ses 83 co-accusés a été suspendu le 22 mars 2018,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.