22 Mars 2018

Ile Maurice: Affaire Álvaro Sobrinho - Dass Appadu se dédouane

Son nom est revenu plusieurs fois dans l'affaire Sobrinho. Lui, c'est Dass Appadu, ancien secrétaire à la présidence. Est-ce vraiment par lui que tout a commencé ? Dans l'entourage du secrétaire permanent qui est désormais affecté au ministère de la Fonction publique, l'on tient à apporter des précisions.

D'abord, on fait valoir que c'est le 21 juillet 2015, lors d'une conférence du Planet Earth Institute (PEI), à Londres, que Dass Appadu a rencontré le milliardaire angolais pour la première fois. Il s'agissait de la deuxième mission de la présidente après sa nomination le 5 juin de la même année. Le haut-fonctionnaire était du voyage. «Dass Appadu ne peut pas être le premier contact de l'homme d'affaires angolais à Maurice si c'est en 2014 que ce dernier est venu au pays pour la première fois», indique-t-on.

Pour ce qui est des 31 demandes effectuées par la présidence, du 1er octobre 2015 au 21 février 2017, pour que l'ex-banquier accède au VIP Lounge de l'aéroport, l'entourage de Dass Appadu soutient que ce dernier n'a fait que suivre des instructions. Quid du poste de Chief Executive Officer (CEO) que Dass Appadu a accepté au sein de Vango Properties Ltd, une société d'Álvaro Sobrinho ? À cela, la réplique est qu'une offre formelle en ce sens lui a bel et bien été faite le 27 décembre 2016.

«Aigri après son transfert»

«Il était aigri après son transfert au bout de quatre années à la State House, le 11 novembre 2016. Lorsqu'il a reçu cette offre d'emploi, il a d'abord pensé prendre sa retraite pour prendre ce poste de CEO. Mais un de ses collègues lui a alors conseillé de prendre un an de congé sans solde auquel il a droit en tant que fonctionnaire», confie un interlocuteur dans l'entourage de Dass Appadu.

Il poursuit que l'ancien secrétaire à la présidence devait, selon son contrat avec Vango, prendre son nouveau poste le 1er mars 2017. Il ne l'aurait pas fait. L'explication : le scandale Sobrinho vient tout juste d'éclater. Dass Appadu attend que la situation se décante. En vain. En avril 2017, le haut fonctionnaire écrit alors au chef de la Fonction publique, Nayen Koomar Ballah, pour lui informer qu'il souhaite reprendre son poste de secrétaire permanent à la Fonction publique. Il reçoit une réponse positive en mai. Le même mois, il reprend du service au sein du ministère occupé par Eddy Boissezon du Muvman Liberater.

Qu'en est-il de la berline allouée à Dass Appadu par Álvaro Sobrinho ? «En effet, dans ses conditions d'emploi avec Vango, il avait droit à une voiture. Une Jaguar. Comme il n'a pas finalement pas pris le poste, il n'en a pas bénéficié.» Un véhicule qui est malgré tout doté d'une plaque d'immatriculation personnalisée. Par contre, notre interlocuteur concède que Dass Appadu a déjà voyagé à bord de la Jaguar. «C'était lors d'une visite de Lord Boateng - ancien trustee du PEI qui a été nommé président de l'institution charitable en février 2017 -, à Maurice, en 2016.»

Et les appels téléphoniques passés à la Financial Services Commission par Dass Appadu au temps où il était à la State House ? «C'est une pratique d'usage, comme il a besoin d'appeler des ministères et autres départements lorsqu'il rédige des discours», fait-on valoir.

Ile Maurice

Il avait été détenu à Alcatraz - Un jeune de 21 ans réclame des dommages de Rs 6 M à l'État

Inhumain. C'est ainsi que Sandirajen Mooneyan qualifie le traitement qu'il a reçu lors de sa détention… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.