22 Mars 2018

Burkina Faso: Procès du putsch manqué au Burkina - La cour statue sur des points de procédure

Le procès des 84 accusés, dont les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, soupçonnés d'être les cerveaux du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso, s'est poursuivi ce jeudi matin et reprendra lundi prochain. La défense conteste toujours des questions de procédures et de préliminaires.

Le débat a repris sur la demande de récusation du président de la Cour militaire, Seydou Ouédraogo. Les avocats de la défense dénoncent notamment le fait que le ministre de la Justice, qui est partie civile au procès, ait pu contribuer à sa nomination. La question de son impartialité se pose. Ce matin, les avocats ont demandé au président du tribunal de statuer sans attendre. Le président a refusé. Il veut d'abord que soient examinées les autres demandes préliminaires. Il statuera ensuite sur son sort.

Non contents, les avocats de la défense décident alors de ne plus participer aux débats. Mais ils ne sortent pas de la salle pour autant. « Nous restons pour dire que nous ne fuyons pas », explique maître Dieudonné Bonkoungou, l'avocat de l'ancien ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé.

La cour commence alors à se pencher sur d'autres points de procédure. Puis elle suspend les audiences, le temps pour elle d'examiner l'ensemble des requêtes produites par la défense. Rendez-vous lundi 26 mars, la cour donnera sa réponse, notamment sur cette demande de récusation.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué - La petite colère du soldat Seydou Soulama

Débuté le 17 juillet, l'interrogatoire du soldat de deuxième classe, Seydou Soulama, s'est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.