25 Mars 2018

Mauritanie: L'université égyptienne al-Azhar s'implante en Mauritanie

Un centre d'études islamiques régional ouest-africain va ouvrir en Mauritanie. Ce centre sera géré par la grande intsitution et autorité de l'islam sunnite, l'université Al-Azhar du Caire. C'est le grand imam d'Al-Azhar en visite en Mauritanie cette semaine qui l'a annoncé. Ce centre d'enseignement sera destiné à accueillir des étudiants des pays de la sous-région et devrait voir le jour rapidement selon les autorités mauritaniennes. Avec ce nouveau centre, la Mauritanie devrait conforter un peu plus son statut de terre d'enseignement islamique.

Hassan Ashaari. C'est le nom qui sera donné au nouveau centre d'études islamiques de Nouakchott. Un nom qui donne le ton de l'enseignement qui sera proposé. Ce célèbre théologien est en effet le fondateur de l'école ashaarit, une branche importante de l'islam sunnite qui prône la tolérance et refuse le takfirisme, précise notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti. Le takfirisme est le fait de décréter mécréant une personne, un groupe ou même des pays. Les extrémistes musulmans sont qualifiés de takfiristes par les grandes autorités de l'islam sunnite.

L'intention clairement affichée par le cheikh d'Al-Azhar, c'est donc de promouvoir cette doctrine pour mieux lutter contre les courants fondamentalistes présents en Mauritanie comme ailleurs dans le Sahel. Et ce n'est pas un hasard si ce centre voit le jour à Nouakchott et pas dans une autre capitale ouest-africaine, explique le professeur d'université Yahya Ould Al-Barah : la Mauritanie est déjà connue dans le monde arabe pour la qualité de son enseignement traditionnel.

« On voit ici en Mauritanie de centaines d'étudiants du monde arabo-musulman pour étudier dans des Mahdara mauritaniennes. Ils disent qu'ils y reçoivent un savoir traditionnel bien fondé qui ne se trouve pas dans d'autres pays. »

Des critiques

L'Etat mauritanien a réaffirmé ces dernières années son attachement à l'islam malékite, ashaarite et soufi, une trilogie portée par l'université d'Al-Azhar en Egypte. Une raison de plus pour justifier l'ouverture du centre parrainé par les Egyptiens.

Mais l'initiative n'est pas du goût de tous à Nouakchott. La visite de cheikh Ahmad al-Tayeb, imam d'Al-Azhar, a été très peu médiatisée, et même critiquée, notamment par l'ancien leader du parti islamiste Jemil ould Mansour. Avec des mots très durs, il a reproché au cheikh d'être complice de la répression menée par le général Sissi depuis son arrivée au pouvoir.

Au lendemain des indépendances, la grande mosquée d'Al-Azhar était la référence en matière d'enseignement de l'islam en Afrique de l'ouest. Des milliers d'étudiants ont ainsi été formés à Al-Azhar qui prodiguait de généreuses bourses jusqu'au début des années 1970. L'appauvrissement de l'Egypte du fait des guerres avec Israël et l'enrichissement des pays du Golfe grâce au boom pétrolier a favorisé, en Afrique de l'ouest, l'extension du wahhabisme. Un rigorisme qui a débouché sur l'émergence des groupes extrémistes.

Mauritanie

Vague d'arrestations pour briser la contestation postélectorale

Les autorités mauritaniennes ont détenu au moins trois personnalités de l'opposition sans chef… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.