Egypte: Sur le net égyptien, la clameur des partisans du vote et des tenants du boycott

Photo: Wikipedia
Une Urne

La toile qui se déchire. C'est ainsi que l'on peut décrire les réseaux sociaux égyptiens, au moment où commence l'élection présidentielle. La bataille fait rage entre les partisans du vote et ceux qui appellent à boycotter les urnes.

Pour l'instant, selon le décompte des hashtags sur Twitter, les tweets appelant à voter sont nettement plus nombreux. Celui qui revient le plus souvent est « Vote, participe, l'Egypte a besoin de ta voix, Non au boycott » sur fond de drapeau égyptien.

« Voter c'est combattre les ennemis de l'Egypte, c'est venger les martyrs du terrorisme, c'est garantir la stabilité, c'est susciter l'admiration du monde », expliquent les partisans du président Abdel Fattah al-Sissi.

Mais aussi les adversaires des Frères musulmans et ceux qui ont été traumatisées par le chaos politique et les désordres économiques qui ont suivi la destitution de l'ex-président Moubarak. Sur Facebook, ils postent des chansons patriotiques et des vidéos des violences qu'a connu l'Egypte entre 2011 et 2013.

Les opposants au président Sissi poussent au boycott

Les tentants du boycott, eux, se sont forgés un logo avec une urne en forme de cellule de prison. Pour eux, voter c'est approuver « les crimes du régime Sissi, les 60 000 prisonniers politiques, la torture dans les prisons, les enfants et les filles enfermés, les exactions quotidiennes, les jeunes dont le seul crime a été de rêver d'une vie honorable et libre ».

Ils accusent Sissi d'avoir échoué dans la lutte contre le terrorisme visant chrétiens et musulmans, quand ils ne pensent pas que le terrorisme est le fait du régime pour rester au pouvoir. Ce sont des révolutionnaires de janvier 2011, des partisans des Frères musulmans mais aussi des jeunes contestant l'autoritarisme et le conservatisme. Ils postent des vidéos raillant le président et des photos de linceuls.

L'adversaire du président Sissi a lui aussi droit aux commentaires des réseaux, sur le ton du sarcasme. Les internautes ressortent les affiches ou les vidéos dans lesquelles Moussa Mostafa Moussa soutenait le président Sissi, avant d'annoncer sa candidature.

On peut aussi lire « Moussa Moustafa Moussa a observé le silence électoral du début à la fin de la campagne ». Quand le candidat déclare espérer obtenir 25 % des voix, des internautes précisent : 25 % des voix de sa famille car sa femme et ses deux enfants vont voter Sissi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.