Egypte: Fin de la présidentielle, la participation seul enjeu pour Sissi

Photo: Facebook
Le président Abdel Fatah al-Sissi

Faute de réelle opposition, la participation était le seul enjeu du scrutin présidentiel en Egypte. Dans les médias, dans l'espace public et de la part des officiels, les Egyptiens ont été appelés à se rendre aux urnes. Certains y ont même été fortement incités. Rencontre avec un électeur qui raconte les pressions exercées au sein de son administration. Reportage.

Il sort de ce bureau de vote avec de l'encre violette sur un doigt, une marque obligatoire qui doit empêcher la fraude. L'air dépité, ce fonctionnaire égyptien vient à notre rencontre et nous raconte pourquoi il a voté alors qu'il n'en avait pas l'intention.

« Ils m'ont appelé ce matin de l'école, ils m'ont dit qu'il y avait une liste de personnels du ministère de l'Education au bureau de vote. Ils m'ont dit que je devais aller la signer et que la liste remonterait dans la hiérarchie et que ceux qui ne la signent pas auraient des ennuis, comme des promotions bloquées, et qu'ils seraient dans le collimateur. Pour les personnes qui y vont il n'y a pas de problème donc je devais y aller .»

Le fonctionnaire ajoute qu'il a coché les noms des deux candidats sur son bulletin, pour que son vote soit considéré comme nul.

«Un fort recul de la démocratie en Egypte»

Des opposants, des défenseurs des droits de l'homme et des journalistes déplorent le soutien que la communauté internationale apporte à Abdel Fattah al-Sissi malgré la situation des droits humains dans le pays. C'est le cas de Khaled Dawoud, qui dirige le parti Al Doustour qui appelait au boycott de la présidentielle.

« Les priorités des Européens, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, ce sont bien sûr la lutte contre le terrorisme et l'immigration. Alors, monsieur Sissi va voir madame Merkel et monsieur Macron et il leur dit "je suis celui qui maintient l'Egypte unie, je combats le terrorisme et j'empêche les migrants d'atteindre vos côtes, donc vous devez me soutenir". A cela s'ajoutent les ventes d'armes, nous allons voir la France et nous apportons je ne sais combien de milliards de dollars à votre économie en achetant des Rafale et des Mistral. Nous allons voir les Allemands et nous achetons des sous-marins, nous allons voir les Russes pour acheter des avions et signer un contrat pour un réacteur nucléaire... Je crois que c'est l'une des raisons pour lesquelles il y a un fort recul de la démocratie et des mouvements démocratiques en Egypte et dans toute la région. Si l'on considère qu'aujourd'hui l'Europe et l'Amérique sont trop occupées avec leurs propres problèmes, je ne pense pas que les Egyptiens qui se battent pour la démocratie doivent attendre beaucoup des Américains et des Européens .»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.