7 Avril 2018

Burundi: Les autorités appelées à s'engager en faveur du dialogue politique

Le Conseil de sécurité s'est dit « profondément préoccupé » par la lenteur du dialogue inter-burundais, et a exhorté les dirigeants du pays à faire en sorte que ces discussions débouchent sur un accord avant les élections de 2020.

Tout en dénonçant « l'immobilisme » du gouvernement concernant la question, l'ONU a rappelé, le 5 avril, dans une déclaration de sa présidence, que « le dialogue est le seul processus viable en vue d'un règlement politique durable au Burundi ». Il a exprimé l'espoir que les élections de 2020 soient « libres, régulières, transparentes, pacifiques et pleinement ouvertes à tous ».

Le Conseil de sécurité a, par ailleurs, condamné « fermement » les violations des droits de l'homme commises dans le pays, y compris les exécutions extrajudiciaires, les actes de torture et les « actes de harcèlement et d'intimidation » visant la société civile et les journalistes. Ses membres ont exhorté le gouvernement burundais à protéger ces droits et autres libertés fondamentales, « conformément à la Constitution du pays et à ses obligations internationales ». Tous les responsables de violations, « y compris les membres des forces de sécurité et de partis politiques », doivent être traduits en justice, a-t-on prévenu.

Le gouvernement a été également exhorté à renouer les liens avec les partenaires internationaux, en particulier l'ONU, « d'une manière constructive et dans un esprit de confiance mutuelle ». Le Conseil a, en outre, dit regretté en particulier que le gouvernement ait suspendu toute coopération avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH). Pourtant, les dirigeants burundais s'étaient engagés devant le Conseil des droits de l'homme à rétablir la pleine coopération mutuelle avec le HCDH et à accepter la visite d'une équipe de trois experts en vue de collecter des informations sur la situation des droits de l'homme.

Le Haut-Commissariat et le gouvernement doivent dialoguer afin de trouver « rapidement » une solution permettant au premier de reprendre pleinement ses activités, a insisté le Conseil dans sa déclaration. Enfin, constatant la suspension de l'aide par un certain nombre de partenaires, il a appelé les autorités burundaises à créer des « conditions propices à la reprise de l'assistance » afin de faire face à la dégradation « persistante » de la situation humanitaire. Le Burundi compte près de 180 000 personnes déplacées et 3,6 millions de personnes dans le besoin.

Burundi

Un militant des droits de l'homme condamné à 5 ans de prison

Le militant des droits de l'homme burundais, Nestor Nibitanga, ex-représentant de l'Association burundaise pour… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.