10 Avril 2018

Libye: Les enlèvements, source de financement de nombreuses milices

Photo: MANUL/Iason Athanasiadis
Aperçu des cellules de la prison d'Abu Salim, en Libye.Des milliers d'hommes, de femmes et des enfants sont détenus dans des conditions « horribles » en Libye par des groupes armés, selon le nouveau rapport conjoint du Bureau des droits de l'homme de l'ONU et de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL

Les corps retrouvés sans vie samedi 7 avril de trois enfants d'une même famille enlevés en 2015, à l'ouest de la Libye, suscitent l'émoi et la stupéfaction dans le pays. Ils se rendaient à l'école quand ils ont été enlevés par un groupe armé qui réclamait une rançon. Mais les négociations ont mal tourné et les enfants âgés entre 8 et 12 ans ont été assassinés par leurs ravisseurs un mois après l'enlèvement. De nombreuses bandes criminelles organisées tirent profit de la situation chaotique que vit la Libye et développent des activités de grand banditisme. L'enlèvement contre rançons en fait partie. Le gouvernement de Tripoli vient d'éditer un rapport qui démontre l'étendue du phénomène.

Selon ce rapport, plus de 676 personnes ont été enlevées à l'ouest du pays par des groupes armés en 2017. 74 personnes ont été tuées par les milices, une centaine a été libérée contre une rançon. Le sort de plus de 500 autres personnes reste inconnu. Plusieurs familles préfèrent garder le silence et n'évoquent pas l'enlèvement de leurs fils par peur de représailles. Le chiffre du ministère de l'Intérieur libyen ne représente donc pas tout à fait la réalité. Toujours selon le rapport, plus de 1 050 personnes ont été tuées en 2017 au cours d'actes de vols et de cambriolages perpétrés par ces milices.

En plus des hommes d'affaires, des commerçants, des employés gouvernementaux, des avocats, l'enlèvement vise également des femmes et des enfants. Ils sont tous maltraités, torturés et privés de contact avec leur famille. Selon des rapports humanitaires, certains sont morts sous la torture.

Des personnalités connues kidnappées

Récemment des personnalités connues ont été enlevées, comme le maire de Tripoli Abderaouf Bayt al-Mal, le conseiller militaire du Premier ministre Fayez al-Sarraj Masoud Arhouma et un homme d'affaires possédant une chaîne de télévision, Jomaa Lasta, c'est dire l'étendue et la puissance de ces milices qui entretiennent cette activité dans l'intérêt de certains chefs et de leur enrichissement personnel.

L'enlèvement des civils libyens constitue une ressource importante pour les différentes milices qui prospèrent dans le pays, tout comme le trafic d'êtres humains et également des vestiges libyens. Certaines de ces milices, qui opèrent officiellement sous l'autorité du ministère de l'Intérieur et du ministère de la Défense, sont impliquées dans des opérations d'enlèvement. L'affaire des trois enfants assassinés pour des rançons a révélé l'implication d'un haut responsable, agissant sous ordre du gouvernement.

Selon Amnesty International les enlèvements augmentent régulièrement dans l'ouest du pays depuis 2014. « L'impunité généralisée » ne fait qu' « encourager les auteurs de ces crimes » et ces « violations graves des droits humains », rappelle l'ONG.

Libye

1.900 personnes expulsées d'un site pour déplacés à Tripoli par des milices

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit préoccupé par… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.