10 Avril 2018

Sénégal: Enjeux de la politique migratoire nationale et de la gouvernance de la migration - De la nécessité d'avoir «une réaction proactive»

Le Sénégal doit avoir «une réaction proactive», pour cerner les questions migratoires en prenant des dispositions idoines pour légiférer au niveau national... pour éviter d'en supporter les coups exorbitants. Car, l'émigration n'est plus une solution. Au contraire, elle est devenue un problème, une tragédie. C'est en substance ce qui ressort de la journée nationale d'échanges autour des enjeux de la politique migratoire nationale et de la gouvernance de la migration organisée hier, lundi 9 avril, à l'Assemblée Nationale.

Dans le cadre des activités du collectif Loujna Tounkaranké pour la défense des droits des personnes migrantes au Maghreb et en Afrique de l'Ouest, le Ré- seau Migration Développement (REMIDEV) en partenariat avec l'Assemblée Nationale du Séné- gal organise une journée nationale d'échanges entre les parlementaires et Organisations de la Société Civile (OSC) autour des enjeux de la politique migratoire nationale et de la gouvernance de la migration hier, lundi 9 avril à l'Assemblée Nationale.

Occasion pour le président du groupe parlementaire Benno Book Yaakaar à l'Assemblée Nationale, Aymerou Gningue, d'insister sur la nécessité d'avoir «une réaction proactive», pour prendre en compte les questions migratoires.

«Si nous ne prenons pas les dispositions idoines qui permettent de légiférer, (...) d'abord au niveau de nos pays, mais aussi au niveau de nos organisations sous régionales, nous allons supporter des coups qui seraient exorbitants. C'est pourquoi, il nous faut avoir une réaction proactive qui puisse permettre de prendre en compte ces questions de migration», a-til notamment dit dans l'APS.

M. Gningue a assuré que les parlementaires vont d'abord «réflé- chir sur le document de travail qui va être discuté», puis «voir au niveau du parlement et avec toutes les parties prenantes la société civile» pour enfin «aller vers le vote d'une loi d'orientation qui puisse permettre de prendre en compte ces questions de migration». Selon lui, «la question de la migration est une question de défense des droits humains. Les personnes naissent mais ils ont le droit de migrer et d'aller où ils veulent et de revenir dans leurs pays».

Il n'a manqué de rappeler que les Sénégalais de l'extérieur contribuent à plus de mille milliards de F CFA à l'économie sénégalaise. Donc, «il est normal que nos parlementaires puissent s'impré- gner de ces questions pour que nous puissions porter ce combat au niveau national, mais aussi des organisations sous-régionales et des organisations régionales comme l'Union africaine», a ajouté Aymerou Gningue.

«L'EMIGRATION N'EST PLUS UNE SOLUTION, MAIS UNE TRAGÉDIE»

Pour sa part, le député sénégalais de la diaspora, Babel Zinga Sow a attiré l'attention, toujours dans l'APS, sur le fait que l'émigration clandestine est devenue «une tragédie», non sans souligner l'importance de la réinsertion des rapatriés et le maintien des jeunes au pays par l'offre de service. «L'émigration n'est plus une solution ça devient un problème, ça devient une tragédie», a-t-il soutenu.

Selon le parlementaire, «on peut faire beaucoup de choses chez nous d'abord notamment la réinsertion de ceux qui sont à l'étranger, et maintenir nos compatriotes au pays en leur proposant des services (postes)», a-t-il dit. Et de relever qu'en Europe, «on est passé d'une immigration voulue, à une immigration subie, car avant les Européens venaient nous chercher et là ils faisaient tout pour qu'on y aille pas et même qu'on y reste pas».

«Donc on doit changer de paradigme», a-t-il ajouté. M. Sow a rappelé, toujours dans l'APS, qu'«au moment où on parle, il n'y a même pas dix jours, on a perdu des Sénégalais en route pour l'Europe. C'est devenu une véritable tragédie. Il faut se passer de l'émigration et rester vivre et travailler au pays», a-t-il plaidé.

Le député de la diaspora a en outre appelé ses compatriotes, les autorités politiques ainsi que ses collègues à travailler pour combattre l'émigration clandestine. Placé sous le thème «Informer et mobiliser les parlementaires en faveur des droits des migrants», cet atelier a un double objectifs: sensibiliser les parlementaires sur les violations des droits des migrants et leur prise en charge dans les politiques et programmes et favoriser une meilleure compréhension des parlementaires sur les enjeux de la migration en vue d'une prise en compte de la protection des droits des migrants dans la nouvelle politique migratoire nationale.

Sénégal

Poutine offre aux détenteurs de Fan ID la possibilité de rester jusqu'en fin décembre

Moscou : Bonne nouvelle pour les détenteurs de Fan ID présents à ce Mondial 2018. Le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.