11 Avril 2018

Sénégal: Meurtre de Moustapha Guèye - Arrestation de trois suspects en Gambie

Les présumés meurtriers de Moustapha Guèye, membre du comité de surveillance de la forêt de la commune de Niaming, seront bientôt remis au Sénégal par les services de sécurité gambiens qui les ont arrêtés samedi.

L'enquête sur le meurtre de Moustapha Guèye, membre du comité villageois de surveillance de la forêt et domicilié au village de Same Yoro Guèye, dans la commune de Niaming, Nord du département de Médina Yoro Foulah, avance à grands pas.

Les trois présumés auteurs de ce meurtre ont été interpelés samedi dernier, dans la ville gambienne de Bansan, par les services de sécurité de ce pays. Ces trois suspects, qui seraient de nationalité gambienne, doivent, en principe, être remis aux autorités sénégalaises pour répondre de leur acte.

Les enquêteurs tentent à présent de retrouver un quatrième suspect dont l'identité et la nationalité n'ont pas été révélées. Il serait soupçonné d'avoir fourni des renseignements aux trafiquants de bois qui ont attenté à la vie de Moustapha Guèye.

Parallèlement, les forces de sécurité sénégalaises ont arrêté, samedi dernier à Kolda, un autre individu dans le cadre de cette enquête. Mais, après son audition par la brigade de gendarmerie, il a été purement et simplement relaxé pour manque de preuve. Les enquêteurs ont estimé qu'il n'avait absolument rien à voir avec le meurtre de Moustapha Guèye.

En tous les cas, ces arrestations intervenues 48 heures après le drame survenu dans la nuit de jeudi à vendredi près de la frontière entre les deux pays témoignent, selon certains, de la volonté des autorités gambiennes de coopérer avec leurs homologues sénégalais pour combattre la coupe abusive de bois dans les trois régions de la Casamance naturelle.

D'autres se sont interrogés sur le retard pris par la partie gambienne pour remettre ces trois suspects au Sénégal afin qu'ils soient entendus par la justice. « Toutes les démarches nécessaires ont été effectuées par le Sénégal pour le transfèrement des trois suspects », a déclaré un de nos interlocuteurs.

Il estime toutefois que ce retard est tout à fait compréhensible dans la mesure où ces arrestations ont eu lieux durant le week-end qui n'est pas un jour ouvrable. Ce retard pourrait aussi s'expliquer pour des raisons liées aux lenteurs des procédures administratives de la Gambie.

Mais, ces procédures devraient en principe s'accélérer durant cette semaine si ce n'est pas déjà fait.

Sénégal

Le TGI de Kédougou pour une "sécurité judiciaire" des populations (ministre)

Le Tribunal de grande instance (TGI) de Kédougou va assurer la "sécurité juridique et judiciaire"… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.