13 Avril 2018

Afrique: Déclaration du FMI sur la Tunisie

document

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de leurs conclusions préliminaires. Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du Conseil d'administration du FMI.

La croissance économique reprend, mais les risques pour la stabilité macroéconomique sont également à la hausse.

Un renforcement de la mise en œuvre des réformes et des politiques économiques va réduire les risques pour le budget et ralentir l'inflation.

Les discussions sur les priorités de court terme des réformes économiques se poursuivront à Washington durant les réunions de printemps du FMI du 20 au 22 avril.

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Bjoern Rother, s'est rendue en Tunisie du 4 au 11 avril pour discuter des récents développements économiques dans le pays et des plans d'action des autorités dans le cadre du programme de réformes économiques de la Tunisie soutenu par le Mécanisme Elargi de Crédit (MEDC) (voir communiqué de presse 16/238).

« Des tendances opposées continuent de caractériser l'économie tunisienne au début de l'année 2018. La croissance économique s'accélère, portée par une bonne saison agricole, une hausse des investissements et une reprise naissante des exportations. D'un autre côté, les risques pour la stabilité macroéconomique se sont accrus : l'inflation a rapidement augmenté à 7,6% en mars, les réserves internationales restent inférieures à 90 jours de couverture des importations et la dette publique et extérieure a atteint, respectivement, 71% et 80% du PIB.

« Il est essentiel de s'attaquer aux déséquilibres économiques pour pérenniser la reprise et jeter les bases d'une croissance économique juste et équitable à l'avenir. Contenir la dette aujourd'hui aidera à prévenir l'augmentation des impôts demain. Pour faire baisser le déficit budgétaire conformément à l'objectif de la loi de finances 2018, il est nécessaire de réduire les subventions énergétiques, injustes, en augmentant les prix domestiques de l'énergie afin de suivre l'évolution des prix internationaux du pétrole. La masse salariale du secteur public est très élevée et toute augmentation supplémentaire des salaires serait très difficile à maintenir, à moins que la croissance ne surprenne à la hausse. De même, le relèvement de l'âge de la retraite et des réformes paramétriques supplémentaires sont essentiels pour contenir les déficits du système de sécurité sociale.

« L'équipe du FMI est également d'accord avec la banque centrale sur le fait que l'ancrage des anticipations d'inflation par des augmentations supplémentaires du taux directeur sera crucial, si l'inflation ne baisse pas rapidement. Réduire l'inflation protégera les couches vulnérables, maintiendra le pouvoir d'achat de la population tunisienne et stabilisera les perspectives macroéconomiques.

« Concernant la situation extérieure de la Tunisie, un taux de change plus flexible aidera à reconstituer les réserves internationales et de continuer à encourager les exportations. Ce qui reste de la surévaluation du dinar peut être corrigé sans ajustement abrupt.

« Les discussions sur les priorités à court terme de réforme économique dans le cadre du MEDC se poursuivront à Washington au cours des réunions de printemps des 20 et 22 avril.

« L'équipe du FMI a rencontré le Président du gouvernement, M. Youssef Chahed, le Ministre des Finances Ridha Chalghoum, le Ministre de l'Investissement Zied Laâdhari, le Ministre des Réformes Majeures Taoufik Rajhi et le Gouverneur de la Banque Centrale Marouane El Abassi. Elle s'est également entretenue avec des représentants de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) et de la société civile. La mission aimerait remercier les autorités et tous ceux qu'elle a rencontré pour leur accueil chaleureux et leurs discussions constructives. »

Afrique

La FIFA menace de suspendre le Nigeria et le Ghana

La Fifa menace de suspendre les fédérations du Nigeria et du Ghana, à cause d'ingérences… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 International Monetary Fund. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.