13 Avril 2018

Congo-Brazzaville: Osiane 2018 - 4 500 visiteurs attendus au salon international des TIC

A quelques jours du lancement officiel de l'événement, le comité d'organisation a animé une conférence de presse, le 12 avril, pour présenter les enjeux de cette deuxième édition de la grand-messe des technologies de l'information et de la communication qui se tiendra, du 17 au 19 avril, au Palais des congrès de Brazzaville.

L'édition va se tenir sur le thème « Le développement économique et le défi de l'industrie du futur ». Elle vise à valoriser les effets du numérique pour la croissance économique, créer des plates-formes d'échanges, établir de nouveaux mécanismes de financement et démocratiser l'accès à internet.

« Au regard de l'ambition des Etats de l'Afrique centrale à transformer et à diversifier l'économie de la sous-région, il est essentiel de maintenir cet élan et profiter des opportunités de l'industrie du futur », a souligné Luc Missidimbazi, président de l'association Pratic, promotrice de l'événement. « A travers Osiane, nous souhaitons emmener les décideurs à considérer les TIC comme une composante indispensable pour le développement du Congo et de la sous-région », a-t-il précisé.

Plusieurs tables rondes animées par des acteurs internationaux du numérique sont prévues ainsi que des ateliers de formations gratuites à l'endroit des jeunes. A ce propos, Luc Missidimbazi a relevé: « Nous avons déjà enregistré près de mille deux cents inscriptions des jeunes qui souhaitent profiter de ce salon pour être formés. Ceci est une réelle preuve de l'engouement de cette jeunesse qui a besoin de se former aux métiers du numérique ».

En effet, plusieurs formations auront lieu dans le cadre de cette deuxième édition, entre autres, l'entrepreneuriat au féminin proposé par l'Africa Digital Academy et la formation de dix mille codeurs africains lancée par le centre Objis qui ambitionne de faire du continent le premier fournisseur de développeurs au monde, en profitant du « dividende démographique ».

Prenant part à cette conférence de presse, le représentant de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Ahmed Ali Kotoko, a tenu à apporter quelques précisions concernant le « Médiathon » prévu dans le cadre de ce salon. « Ce hackathon sur l'innovation technologique des médias que nous organisons, en partenariat avec Osiane, est une opportunité donnée à la jeunesse congolaise de pouvoir apporter des solutions dans la diffusion de l'information. Les jeunes plébiscités bénéficieront d'un accompagnement de la part de l'OIF, dans le but de parfaire leur solution et la vulgariser auprès des professionnels des médias », a-t-il signifié. « Les participants à ce hackathon viennent de toute l'étendue du territoire congolais », a conclu le représentant de l'OIF.

Après la première édition en 2017 qui avait attiré près de deux mille cinq cents visiteurs, Osiane (Salon international des technologies de l'information et de l'innovation) 2018 en attend plus de quatre mille cinq cents. Plusieurs startups y prendront part pour présenter les solutions innovantes dans de nombreux domaines tels que la cyber sécurité, l'éducation, la domotique, la réalité virtuelle.

Congo-Brazzaville

Emprisonnement ferme requis contre Makaya pour complicité d'évasion

Le ministère public a requis jeudi 19 juillet une peine d'un an d'emprisonnement ferme contre l'opposant Paulin… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.