12 Avril 2018

Mali: La décentralisation peine à se mettre en place au pays

Des élus du nord sont à Bamako pour réclamer le transfert des services techniques régionaux entamé il y a quelques mois par le gouvernement, et surtout la mise à disposition des ressources financières nécessaires.

Il y a quelques mois, le gouvernement malien a procédé au transfert de la gestion des services technique de l'hydraulique, de l'éducation ou encore de la santé au niveau communal et régional. Ceci dans le cadre de l'application de l'accord de paix.

Les ressources ne suivent pas

Grand de taille, boubou blanc, le vice-président du Conseil régional de Kidal, bastion de l'ex-rébellion, est à Bamako pour parler du transfert des services techniques régionaux. Ceci pour mettre la pression sur les autorités de la capitale, afin qu'elle procède a un transfert complet de ces services qui devront être gérés par le conseil de sa région.

"Il y a un début déjà de transfert qui concerne l'éducation, la santé, l'assainissement, l'hydraulique. Il y a un début, mais réellement, il n'y a pas de transfert",déplore Abda Ag Kazina, vice-président des autorités intérimaires du Conseil régional de Kidal.

Certains leaders assimilent cette situation à un piège pour les élus locaux.

"Aujourd'hui, on a transféré aux collectivités des problèmes", se plaint Oumou Sall Seck. La maire de la commune de Goundam, dans la région de Tombouctou, insiste: "Quand on transfère des compétences, il faut le faire concomitamment. Les ressources vont suivre quand ? Les deux marchent ensemble."

Le gouvernement malien rassure

Au niveau du gouvernement malien, le message est bien reçu, semble-t-il. "L'Etat est en train d'accélérer le transfert des ressources et de compétences", affirme Alassane Ag Hamed Moussa, ministre malien des Collectivités territoriales. "Nous sommes en train de travailler pour le transfert des ressources déconcentrées de l'Etat aux collectivités. Le texte qui se rapporte à ce transfert va être adopté très bientôt et à ce moment, on aura non seulement un transfert de ressources mais aussi de compétence."

La gouvernance locale sera-t-elle à la hauteur ?

Du côté du Centre Carter, qui est l'observateur indépendant de l'application de l'accord de paix, les prochains mois seront déterminants. "La démarche a été entendue, on va voir dans les prochains mois ce qui est réalisé et quelle est l'efficacité de la gouvernance locale", déclare Bisa Williams, conseillère au centre Carter.

C'est justement l'enjeu principal : savoir si la nouvelle gouvernance locale sera en mesure de relever les défis du développement local.

Des sanctions envisagées à l'Onu

L'Onu pourrait entreprendre prochainement d'identifier les Maliens qui font obstruction à la paix dans leur pays, en vue de leur imposer des sanctions.

"Les retards conséquents" dans l'application de l'accord de paix de 2015 "nous conduisent à devoir aller plus loin", a résumé l'ambassadeur français à l'Onu, François Delattre, lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur le Mali.

La Russie a de son côté mis en garde contre toute précipitation. "L'utilisation directe de sanctions doit être une mesure de dernier recours", a ainsi rétorqué l'ambassadeur russe adjoint à l'ONU, Dimitri Polyanski, mettant en garde contre toute "hâte" à cet égard qui serait, selon lui, contreproductive.

Selon l'émissaire de l'Onu au Mali, Mahamat Saleh Annadif, les sanctions pourraient viser des individus figurant dans les trois parties signataires de l'accord de paix: le gouvernement malien, la Plateforme des mouvements d'auto-défense et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA).

Mali

Présidentielle - La Mission d'observation européenne rend ses conclusions

Pour le moment, aucun chiffre officiel sur la présidentielle malienne qui s'est achevée ce 12 août… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.