14 Avril 2018

Congo-Brazzaville: Affaire Eliezer Ntambwe - Ngoy Kasanji listé parmi les prédateurs de la liberté de la presse

L'association Freedom for journalit (FFJ), qui a dit prendre acte de la libération du journaliste, producteur et présentateur de l'émission "Tokomi Wapi ?", place le gouverneur du Kasaï Oriental au même titre que certains mandataires réfractaires à la critique de leur gestion.

L'ONG de promotion et de défense de la liberté de la presse s'est réjouie de la libération, le 11 avril, du journaliste Eliezer Ntambwe, après dix jours de détention à la prison centrale de Makala, à Kinshasa. Le producteur de l'émission "Tokomi wapi?", rappelons-le, avait été accusé de « chantage, acharnement et diffamations » par le gouverneur du Kasaï Oriental, Ngoy Kasanji, dans une affaire de diamant que cette autorité politico-administrative aurait tenté d'extorquer. Le plaignant avait fait savoir, dans une « mise au point » dont copie était parvenue à FFJ, qu'en date du 5 mars dernier, le journaliste avait invité, dans son bureau, deux de ses collaborateurs afin de les mettre au courant d'une émission pour laquelle le journaliste aurait obtenu un financement extérieur pour le tournage en lien avec le diamant querellé.

L'animateur a été interpellé dans la matinée du 2 avril dans son bureau, au centre-ville de la capitale, par des agents dont certains étaient en tenue de la police et d'autres, en tenue civile. Ils l'avaient escorté à pied avant de l'embarquer dans une jeep de couleur branche stationnée à quelques mètres de son bureau. Conduit à la suite d'un mandat d'amener, au Parquet près le tribunal de grande instance de Gombe, le producteur et présentateur du magazine diffusé sur plusieurs chaînes privées était détenu depuis ce même jour dans la soirée, au Parquet général de Kinshasa, sous mandat d'arrêt provisoire. « La procédure en chambre du conseil n'était pas encore terminée qu'il a été transféré à la prison centrale, alors que le mandat d'arrêt provisoire couvre cinq jours de procédure », a regretté FFJ, dans un communiqué du 12 avril. L'association a également déploré que la demande de liberté provisoire formulée par ses avocats ait été rejetée.

La procédure initié en l'encontre d'Eliezer Ntambwe avait aussi été suspendue ou arrêtée, parce que le plaignant avait retiré sa plainte. Dans une lettre qui a circulé sur le net, il a argué que plusieurs personnalités l'ont conseillé d'agir dans ce sens. Répondant donc positivement à ces différentes, le gouverneur Ngoy Kasanji a adjoint ses avocats, avec une procuration signée de sa main, de retirer la plainte déposée auprès de la justice.

En sortant de la prison, Eliezer Ntambwe a été porté en triomphe. « Un autre leader est en train d'être formé », s'est écrié un obesrvateur.

Congo-Brazzaville

L'opposition réclame un dialogue inclusif

La Fédération de l'opposition congolaise et le Collectif des partis de l'opposition congolaise, deux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.