14 Avril 2018

Cote d'Ivoire: Enlèvement et le trafic des enfants - La Fondation "Bouba, le Petit ange" en gestation

48 jours après son enterrement, pour la première fois, le père de l'enfant devenu le symbole de la lutte pour la protection du droit à la vie des tout-petits, rompt le silence avec un projet ambitieux.

Enlevé le 24 février dernier et assassiné peu après, Traoré Aboubakar Sidick dit Bouba, est désormais devenu le symbole et l'icône de la lutte contre l'enlèvement et le trafic des enfants en Côte d'Ivoire, en Afrique et dans le monde. Son géniteur, Traoré Brahima, au cours d'une conférence de presse, qu'il a co-animée avec Ouattara Seydou, le porte-parole de sa famille, au siège du journal en ligne Afrique Matin, croit fermement à cette responsabilité historique qui le positionne avec sa famille et toute la Côte d'Ivoire au-devant de cette lutte avant-gardiste pour le respect du droit à la vie des enfants et des droits des enfants en général.

48 jours après l'enterrement de son fils, il garde espoir en la vie et assume le statut de victime expiatoire de sa progéniture pour que vive la vie : «Bouba est mort pour que vivent les enfants. Bouba est mort pour que plus jamais, un enfant nulle part sur cette terre ne soit enlevé et que le trafic des enfants prenne fin ».

Traoré Brahima qui témoigne de la foi de JOB « Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris... », malgré sa grande peine et sa douleur, garde son cœur dégagé de tout ressentiment « Je n'éprouve ni de la rancœur ni de la haine contre personne. Et je témoigne toujours de la confiance à mes voisins, même si le coup de la traîtrise est venu de mon voisinage. » Avec sa famille, il entend sublimer sa douleur et voir grand avec le projet de la protection des enfants.

Pour encadrer son combat, il a décidé de créer une Fondation baptisée « Bouba, le Petit ange » et qui va lutter contre l'enlèvement et le trafic des enfants. Avant sa cérémonie de lancement prévue sous peu, un cabinet juridique se préoccupe de finaliser le projet, de définir les missions et enjeux de cette Fondation.

La famille Traoré Brahima, qui, à travers cet évènement malheureux a su apprécier la solidarité humaine et compris tout le sens de la nation ivoirienne, a saisi l'occasion de cette conférence de presse, pour exprimer sa reconnaissance à toute la Côte d'Ivoire qui, dans ses différentes composantes politiques, culturelles, confessionnelles, et sociales, a dignement pleuré le petit Bouba, tout en criant son indignation.

Face à cette chaîne de solidarité et de compassion qui a « surpris la famille Traoré, durement éprouvée par la mort tragique de son enfant », cette famille témoigne, de façon spéciale, sa gratitude au Président de la République SEM Alassane Ouattara et à son épouse, au couple Henri Konan Bédié, au vice-Président Daniel Kablan Duncan, au Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et à Soro Kigbafori Guillaume, président de l'Assemblée nationale.

Elle n'oublie pas les membres du gouvernement, notamment le Pr Mariatou Koné, ministre de la Solidarité Femme, et de l'Enfant. Dont le soutien a été de tout instant.

La presse à travers ses différentes déclinaisons et les médias audiovisuels et des artistes musiciens ont été salués pour leur contribution qui a permis à cette famille de ne point se sentir seule dans cette situation d'infortune.

L'artiste MC One, a produit une œuvre discographique avec des paroles fortes et poignantes, qui rappellent à ceux qui font une course effrénée à la richesse que « la vie vaut mieux que l'or que travaille le bijoutier » et qui interrogent: « Pourquoi, l'homme, cet ange crée à l'image et à la ressemblance de Dieu, devient-il démon face à l'argent, au pont d'assassiner des vies innocentes. Des enfants qui sont l'avenir d'une famille et d'un pays ? »

Cote d'Ivoire

Coupe de la Confédération 2018 - V Club et l'ASEC battus

L'AS Vita Club (RDC) et l'ASEC Mimosas (Côte d'Ivoire) se sont respectivement inclinées face à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.