15 Avril 2018

Sénégal: Troupe « Kaddu Yaraax » - Le Théâtre-Forum, porte-voix de la société

La troupe théâtrale « Kaddu Yaraax » de Hann, qui a plus de 20 ans à son actif, est pionnière dans son domaine du Théâtre-Forum. Les membres de ce groupe ont la particularité de faire participer l'assistance à leur spectacle pour susciter le débat après des prestations qui tournent autour des thèmes de société.

En arrière-plan de la scène improvisée dans la cour du centre Ort-Sen de Yarakh, une grande banderole noire sur laquelle est dessinée une bougie allumée, des étoiles entourant une représentation humaine, une balance, symbole de la justice. Des emblèmes qui renvoient à la lumière comme pour éclairer la société, mais aussi à la justice pour trancher les nombreux faits sociaux qui minent la société sénégalaise. Sur cette scène, une dizaine de troupes théâtrales invitées par le groupe « Kaddu Yaraax » (la voix dudit quartier) se relaient et font des prestations autour de plusieurs thèmes, dans le cadre de la journée mondiale du Théâtre célébrée par la troupe de Yarakh, le 8 avril.

En attraction, une demi-douzaine d'artistes de la troupe « Kaddu Yaraax », passionnés par leur rôle, procèdent à une prestation riche d'enseignements autour du thème « Bourse Bi ». Le tout, en conformité avec leur philosophie du « théâtre-forum ». Ce groupe a la particularité de faire du théâtre, un moyen d'expression artistique au service de la communauté en posant le débat lors des séances de « théâtre-forum ». Ce concept consiste à la réalisation d'un spectacle dynamique entre les comédiens et le public. Après la prestation des artistes qui envoient leur message à travers leur pièce, le public est appelé à se prononcer et à donner son avis. Dans ce cas d'espèce, il fallait faire le choix pour départager deux candidats pour une seule bourse d'études : un étudiant en Economie et un autre voulant poursuivre sa formation d'artiste-comédien. La pièce « Bourse Bi » a été une occasion pour les comédiens de « Kaddu Yaraax » et le public installé en masse sous la tente et très réceptif d'échanger sur l'importance du théâtre et de la culture en général dans la société. Pour certains intervenants, la culture ne peut permettre à un pays de se développer « et il fallait remettre la bourse à l'étudiant en Economie pour qu'il puisse créer des emplois » ; alors que pour d'autres, « point de développement économique sans un essor culturel ». A la fin de la pièce, il a été difficile de trancher, mais c'est l'effet recherché par la troupe « Kaddu Yaraax », à travers le concept de « théâtre-forum ». Plusieurs autres troupes invitées, comme « Daaray Xamle », ont aussi joué autour de ce concept des pièces ayant trait aux faits sociaux, comme le mariage forcé, le matérialisme, la passion folle pour le pouvoir politique au Sénégal, etc.

23 ans d'expérience

Même si ce genre théâtral n'est pas très bien connu au Sénégal, cette troupe, qui a 23 ans d'existence, se veut pionnière dans son développement. « Le théâtre-forum est un genre interactif qui prévoit l'intervention du public sur la scène. Les prestations sont suivies de débats approfondies avec le public. Le spectateur peut intervenir sur la scène, apporter son jugement par rapport à la prestation des acteurs et donner des leçons de morale et de vie après avoir discuté sur le thème véhiculé », explique le directeur artistique de « Kaddu Yaraax », Mamadou Diol. Selon lui, les thématiques abordées par la troupe sont nombreuses et les créations sont inspirées du vécu des artistes et de la société. La troupe « Kaddu Yaraax » est riche d'une quinzaine de comédiens parmi lesquels des ouvriers, des mécaniciens, des enseignants et même des Occidentaux lors des tournées à l'étranger. Les trois dernières années, beaucoup de ses membres ont décidé de se consacrer uniquement à la troupe du fait des nombreux voyages.

Sur les thèmes développés récemment, « Kaddu Yaraax » a mis l'accent sur le phénomène des femmes de ménage qui émigrent vers les pays du Moyen-Orient pour y travailler souvent dans des conditions assimilables à de l'esclavage des temps modernes. « Ce phénomène prend des proportions inquiétantes et il faut en parler car il y a des cas de torture et même de meurtre avec une Sénégalaise condamnée à mort en Arabie Saoudite. Il fallait l'aborder sur le plan social et culturel, surtout sous l'angle des relations spécifiques entre Arabes et Noirs », renchérit le directeur artistique de la troupe. M. Diol revenant sur la pièce « Bourse Bi » rappelle qu'elle entre dans le cadre des thèmes relatifs à l'importance de la culture dans la politique éducative d'un pays. « On constate au Sénégal qu'à chaque fois qu'il y a arbitrage entre la culture et un autre secteur, la culture est lésée », regrette-t-il.

« Notre objectif n'est pas de réaliser des téléfilms... »

Cependant, par rapport à la rentabilité de leur activité, l'expression la plus usitée est : « Le théâtre ne fait pas vivre son homme ». Diol relativise en soutenant que la situation dans leur milieu est similaire à celle des autres activités du secteur privé. « Il ne faudra pas isoler le secteur artistique et dire qu'il ne marche pas. Il y a même des secteurs salariés qui sont confrontés à des difficultés, à plus forte raison nous », estime-t-il. Mamadou Diol de confier, le sourire en coin, que les membres de sa troupe ne se plaignent pas car ont souvent plusieurs sollicitations sur des thématiques au plan national comme international, notamment en Europe. Cela est en rapport avec l'expérience du groupe, le réseau dans lequel il est au niveau international et par les thématiques abordées avec le concept novateur de théâtre-forum. « Au niveau local, il y a un manque d'informations et de reconnaissance pour notre troupe car notre objectif n'est pas de réaliser des téléfilms. On se concentre sur le théâtre-forum, mais on est l'une des troupes qui a le plus de prestations au Sénégal », souligne Mamadou Diol. Loin de tendre la main à qui que ce soit, les membres de « Kaddu Yaraax » qui tiennent beaucoup à la « liberté de création artistique » et à l'autonomie du groupe, fruit « d'un investissement privé », indiquent qu'ils ont juste des « relations correctes » avec les collectivités locales et les autorités étatiques. Des relations pour un soutien au plan administratif lors des voyages et pour la logistique.

En marge de la journée internationale du Théâtre, la troupe qui s'est affirmée dans son secteur a reçu les activités du ministère de la Culture dans le cadre des panels à Hann autour du thème « La journée mondiale du Théâtre, qu'est-ce qu'elle n'est pas ». Des célébrités du milieu comme l'artiste Pape Faye et Dr Massamba Gueye ont participé au théâtre-forum de « Kaddu Yaraax ». Faisant un témoignage sur cette troupe du populeux quartier des pêcheurs de Yarakh, Dr Massamba Gueye, spécialiste des questions culturelles, a soutenu que « Kaddu Yaraax » est devenue une troupe d'envergure nationale qui « ne doit plus porter la parole d'un quartier seulement, mais celle de tout un pays ». Il a salué aussi la particularité de cette troupe et indiqué qu'il est important pour les jeunes comédiens de pouvoir jouer sous plusieurs visages sans oublier l'interprétation des rôles historiques. Il a conseillé aux jeunes de laisser cours à leur imagination et inspiration artistiques tout en évitant de « devenir esclave de l'argent ».

Sénégal

Projet de dépollution de la Baie de Hann

« Notre ambition est de démarrer avant la fin de l'année le projet de dépollution de la Baie… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.