15 Avril 2018

Burkina Faso: Coopération multilatérale - L'UE discute résilience avec Simon Compaoré

Le ministre d'Etat, Simon Compaoré, a reçu en audience le directeur adjoint pour l'Afrique au service européen d'action extérieure, Birgitte Markussen et une délégation du Bureau Afrique de l'Ouest de l'Institut d'études de Sécurité, le vendredi 13 avril 2018 à Ouagadougou. Avec son hôte, ils ont discuté de questions sécuritaires et de développement du Burkina Faso et des relations entre le Burkina Faso et l'Union européenne.

Dans son combat pour le développement et face au terrorisme, le Burkina Faso peut aussi compter sur ses amis. C'est l'une des raisons qui explique la visite au Burkina Faso, du 11 au 14 avril 2018, du directeur adjoint pour l'Afrique au service européen d'action extérieure, Birgitte Markussen. Dans sa tournée auprès des autorités gouvernementales burkinabè, cette «ambassadrice» de l'Union européenne (UE) a été reçue par le ministre d'Etat auprès de la présidence du Faso, Simon Compaoré, le vendredi 13 avril 2018.

« Je suis venue parce que l'Union européenne et le Burkina Faso sont des partenaires très proches, nous travaillons ensemble dans tous les domaines de développement », a-t-elle déclaré à sa sortie d'audience.

Leurs échanges ont porté, notamment, sur la situation du pays au double plan sécuritaire et socioéconomique, selon ce que les deux autorités ont laissé entendre. « Nous avons eu des discussions très franches sur ce qu'il faut faire et ce qu'on peut faire ensemble pour assurer la sécurité et le développement partout au Burkina Faso », a rapporté Mme Markussen. En réaction, le ministre d'Etat a remercié son hôte pour sa marque d'amitié.

Il a particulièrement apprécié le fait qu'elle ait «trouvé du temps» pour revenir au Burkina après l'avoir quitté quelques années plus tôt. En effet, a-t-il révélé, Birgitte Markussen a été ambassadrice du Danemark au Burkina Faso de 2010 à 2012, avant de rejoindre les services de l'UE au compte de laquelle elle a été à nouveau présente au Burkina Faso pendant ces quatre jours.

A propos de leurs discussions, Simon Compaoré a déclaré avoir saisi l'occasion pour décliner la stratégie des responsables du pays face aux préoccupations actuelles. «La lutte a deux branches. Un aspect économique et social à travers la mise en œuvre du Programme d'urgence pour le Sahel (réalisations d'infrastructures sociales de base et soutien aux initiatives économiques) dans les zones affectées par les actions terroristes.

Et une approche sécuritaire qui va se matérialiser par le programme d'appui à la sécurité et d'autres projets en vue de mettre l'accent sur la formation des forces de défense et de sécurité et leur équipement pour renforcer notre capacité de résilience à toutes ces attaques », a noté le ministre d'Etat. Simon Compaoré a partagé sa conviction que la résilience du Burkina Faso sera renforcée surtout avec l'union «sacrée» des populations derrière leurs autorités.

Dans le cadre de sa visite, l'émissaire européenne a rencontré d'autres responsables étatiques et visité des réalisations financées par l'UE au Burkina Faso. Après Birgitte Markussen, le ministre d'Etat a reçu une délégation du Bureau Afrique de l'Ouest de l'Institut d'études de Sécurité. Les échanges, lors de ce tête-à-tête, ont porté sur les projets de recherche dans la région du Liptako-Gourma.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué - La petite colère du soldat Seydou Soulama

Débuté le 17 juillet, l'interrogatoire du soldat de deuxième classe, Seydou Soulama, s'est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.