16 Avril 2018

Madagascar: Béatification de Lucien Botovasoa - L'Eglise catholique dénonce le pêché de la corruption

Interdit de parole. Le Comité d'organisation de la cérémonie de béatification de Ramose Lucien Botovasoa n'a pas cédé aux pressions. Bien malgré l'insistance de son équipe qui a estimé que « même s'il ne fait pas partie des fidèles catholiques, Hery Rajaonarimampianina devrait prononcer un discours en tant que Chef de l'Etat », le numéro Un d'Iavoloha était interdit de parole. Jusqu'au bout, le locataire d'Iavoloha a espéré pouvoir formuler un discours devant les milliers de fidèles catholiques, 40 000 selon les estimations, venus de toutes les régions de la Grande île pour assister à cet évènement.

La preuve, il a continué à prendre des notes, certainement pour étoffer son discours lorsque le Postulateur lisait la biographie de « Ramose » Lucien Botovasoa. A la fin de la cérémonie, lorsque l'on a annoncé que selon la tradition de l'Eglise Catholique Romaine, seul le président de la Conférence Episcopale de Madagascar, Monseigneur Désiré Tsarahazana peut prendre la parole, l'on pouvait lire la déception sur le visage du président de la République et les membres du gouvernement venus à Vohipeno pour une campagne de récupération politique.

L'on a remarqué pourtant que cette décision a été particulièrement appréciée par les fidèles catholiques qui ont répondu par une forte acclamation ou un « standing ovation » (c'est selon).

Excès de zèle. A signaler également l'excès de zèle des responsables du Protocole au niveau de la Présidence de la République qui ont tout fait jusqu'à très tard dans la nuit de samedi pour modifier l'emplacement des sièges déjà établi par le Comité d'organisation.

A force de vouloir « à tout prix » faire en sorte qu'Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana n'occupent pas le devant de la scène, c'est plutôt Hery Rajaonarimampianina qui était en mauvaise position sous un chapiteau installé en contrebas par rapport à la pente.

A l'image visiblement de sa cote de popularité à Vohipeno. En témoignent les sifflets entendus au moment où il a fait son entrée. Et ce, contrairement à son adversaire potentiel à la course à la magistrature suprême, Marc Ravalomanana qui lui, a choisi de faire une entrée en vedette en suivant les reliques du martyr « Ramose » Lucien Botovasoa. L'ancien président était très sollicité pour les selfies.

Homélie. Le Cardinal Angelo Amoto, Préfet de la Congrégation des Saints auprès du Vatican n'a pu rejoindre Madagascar en raison de la grève d'Air France. C'est alors l'Archevéque de Port-Louis (Maurice),e , le Cardinal Maurice Piat qui a prononcé l'homélie à travers lequel il a dénoncé tous les maux sociaux frappant la Grande Ile.

Faisant un rapprochement entre la « Lettre aux familles » du Pape François et le comportement exemplaire du martyr Lucien Botovasoa, il a encouragé les fidèles catholiques à refuser le pêché de la corruption tout en restant intègre, en favorisant la réconciliation et à renier l'esprit de vengeance. « Lucien n'avait pas besoin d'une grande richesse ni de pouvoir pour être heureux.

Le bonheur pour lui était d'aimer ses ennemis et de prier pour eux. Il a évité de se faire corrompre et à refuser de se sauver pour sauver sa famille et ses frères ». Un discours qui est visiblement en rapport avec les suspicions de corruption qui ont secoué ces derniers temps le microcosme politique.

Lors de la communion, l'on a précisé que seuls les catholiques peuvent recevoir l'eucharistie. Du coup, Hery Rajaonarimampianina est resté sur sa chaise, contrairement à son épouse Voahangy Rajaonarimampianina et ses deux filles, ainsi que le couple Rivo Rakotovao.

« Dia ilay fitia ». Mais l'évènement marquant de cette cérémonie de béatification était certainement le moment où, le tout stade s'est levé main dans la main pour entonner la chanson « Dia ilay fitia ». Même le numéro Un d'Iavoloha et ses proches collaborateurs se sont mis à chanter cette chanson choisie par Andry Rajoelina pour l'hymne de son « Initiative pour l'Emergence de Madagascar » (IEM).

Mis à part l'actuel président Hery Rajaonarimampianina et les deux anciens, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, de nombreux autres personnalités politiques étaient également présents à cette cérémonie de béatification de « Ramose » Lucien Botovasoa. Parmi eux figuraient entre autres, deux autres candidats annoncés pour la prochaine élection présidentielle, à savoir Jean Omer Beriziky et Jules Etienne Roland, des membres du gouvernement et des parlementaires.

Madagascar

La première célébration du nouveau cardinal Tsarahazana

Liesse et ferveur dimanche à Tamatave. Dans cette ville portuaire de la côte est de Madagascar,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.