16 Avril 2018

Tunisie: Peut-on contrecarrer la fatalité ?

Mais ce n'est pas toujours le cas, car un grand nombre parmi eux n'échappent pas au purgatoire et se retrouvent, sans être alertés, condamnés au long repos forcé à la suite d'une blessure méchante telle que la fracture ou la rupture des ligaments croisés ou tout autre type de blessure sommant le footballeur de se transformer en simple spectateur pour un bon bout de temps.

Parfois, une lésion grave peut carrément mettre fin à la carrière d'un footballeur si le mauvais sort s'acharne sans pitié sur lui.

Les cas d'espèce existent dans le monde entier et l'on n'est pas toujours sûr d'un rétablissement complet et d'un recouvrement certain de la plénitude des moyens d'un footballeur ayant contracté une double fracture (tibia-péroné) ou une rupture des ligaments croisés. C'est souvent trop pénible à endurer.

Fâcheux pour le joueur et pour l'équipe

Les Ronaldo (le brésilien), Marco Van Basten, Abdelkader Rakbaoui et des centaines d'autres footballeurs ont vu leur carrière soit carrément arrêtée, soit il ont repris timidement leur travail jusqu'à ce qu'ils se soient éclipsés dans l'anonymat.

Ce qui n'est jamais facile à vivre ni pour le joueur ni pour son club. Les cas se répètent mais ne se ressemblent pas.

Il y a des joueurs qui se remettent de leur blessure -- même si elle est grave -- et retrouvent leur niveau optimal petit à petit. Pour d'autres cas, la pente à remonter se présente tellement raide qu'ils finissent par abdiquer et disparaître.

Dernièrement, avec la blessure de la star du football tunisien Youssef Msakni, toute la Tunisie était sous l'effet de la désolation et de la consternation.

La nouvelle a choqué les supporters de l'équipe nationale qui misent énormément sur ce joueur dont l'apport a été déterminant dans le sprint final de la qualification à la phase finale de la Coupe du monde notamment devant la Guinée et le Congo.

D'aucuns n'arrivent pas à imaginer l'équipe nationale sans sa vedette face à l'Angleterre et la Belgique, bien que la sélection regorge de joueurs capables de relever le défi et de faire oublier l'absence de Msakni. C'est comme si l'Argentine jouait sans Messi.

Une blessure cruelle peut, ainsi, ébranler la vie de sa victime, celle de son club et affecter l'humeur de toute une nation. Mais on n'y peut rien. Sauf que parfois on peut repousser la survenance d'une blessure grave par le fait que le joueur se soumet à une hygiène de vie stricte.

En évitant l'alcool, le tabac, les veillées tardives, la malnutrition et tout ce qui peut porter préjudice à la bonne santé et à la bonne forme.

Quel lien y a-t-il avec une blessure contractée suite à un contact? Le lien y est si on sait qu'un corps bien entretenu arrive à amortir le choc et l'impact d'un contact brutal avec un autre joueur.

Ceci est prouvé scientifiquement, puisque même le stress, par exemple, peut aggraver l'impact d'un accident en l'absence d'une autodéfense alerte.

Oui, on peut réduire le risque des blessure légères et même graves grâce à une préparation physique bien faite par des entraîneurs spécialisés. L'assistance psychologique et les conseils donnés aux joueurs sont aussi importants que la bonne préparation physique.

Pour appuyer cette idée bien précise par exemple, tous les spécialistes vous diront que la «catastrophique» blessure de Youssef Msakni au Qatar aurait pu être évitée si ce dernier s'était sérieusement fié aux conseils et à la mise en garde de son entraîneur. Du coup, ce n'est pas le destin qui s'est acharné sur notre coqueluche mais c'est plutôt lui qui l'a provoqué.

Beaucoup d'autres précautions peuvent être prises pour prévenir les blessures graves, dont le fait de donner un temps de répit aux joueurs fortement sollicités ou avec un bon entretien des pelouses qui peuvent, elles aussi, causer des malheurs aux joueurs si elles sont dans un mauvais état.

C'est d'ailleurs ce qui explique le fait que le nombre de blessures enregistrées en Europe est beaucoup moins important qu'en Tunisie ou en Afrique, toutes proportions gardées bien sûr.

Tunisie

Le parti islamiste Ennahda remporte 130 mairies, devant Nidaa Tounès

En Tunisie, le mouvement Ennahda est arrivé en tête en remportant 130 mairies, la majorité des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.