16 Avril 2018

Tunisie: Raouf Ben Samir - «Le handball défrayait souvent la chronique... »

Agé aujourd'hui de soixante-cinq ans, Raouf Ben Samir nous raconte sa belle saga vécue pendant l'âge d'or du handball tunisien qui défrayait souvent la chronique et drainait la grande foule.

«Mon aventure a commencé dans les catégories des minimes et des cadets avec le petit club d'«Al-Hilal Sportif» sous la houlette de l'illustre entraîneur feu Hédi Malek et en compagnie de plusieurs autres talents en herbe, dont Naceur Jeljeli.

Et comme le Parc «A» se trouve à quelques encablures du terrain d'Al-Hilal, il m'a été facile d'opter pour le Club Africain d'abord parce que j'étais clubiste comme tous les membres de ma famille, ensuite parce que je voulais faire une grande carrière avec l'un des deux plus grands clubs du pays.

Je suis donc passé au CA qui était présidé par feu Azzouz Lasram et dont le président de la section handball n'était autre que feu Chérif Bellamine. Imaginez donc la stature et le charisme des responsables sous les commandements desquels j'ai débuté ma carrière.

A 18 ans (en 1971), j'étais encore à l'apprentissage puisque mes aînés de la catégorie seniors étaient une pléiade composée, entre autres, de Hamadi Khalladi, Brahim Riahi, Hamouda Ben Ammar, Kamel Idir, Jihed Azaïez, Béchir Belhaj, Taoufik Jemayel et Moncef Oueslati», raconte Raouf.

Un beau palmarès

C'était du temps où la suprématie en matière de handball était une affaire exclusive entre l'EST et le CA bien que ce soient les «Sang et Or» qui possèdent le palmarès le plus éloquent : 31 titres de championnat pour l'EST contre 12 pour le CA (et 8 pour l'ESS).

«Personnellement, j'ai eu l'honneur de contribuer au succès de mon club qui a remporté trois coupes de Tunisie de 1986 à 1989 dont deux doublés en 1987/88 et 1988/89. C'étaient des moments de fierté et de triomphe inoubliables réalisés sur le plan local.

Mais les grands moments vécus avec l'équipe nationale sont d'une dimension beaucoup plus importante. Mes trois titres de champion d'Afrique avec l'équipe nationale glanés en 1974, 1976 et 1979 ressemblent à une couronne dorée sur ma tête puisque deux d'entre eux ont été rehaussés par une historique participation aux Jeux olympiques de Munich (1972) et de Montréal (1976). C'est une vraie consécration qu'un sportif ne peut jamais oublier car il continue à la savourer pour le restant de sa vie».

«Ce n'est plus la même ambiance»

Mais qu'est-ce qui a changé pour que tous les anciens sportifs de chez nous soient tous fortement nostalgiques du passé ?

«La réponse est très simple : avant, les derbys entre l'EST et le CA faisaient vibrer toute la capitale deux semaines à l'avance. Le jour «J», la coupole du palais des sports se remplit dès le matin comme un œuf.

Et souvent, quelques milliers de fans des deux équipes ne se gênent pas de suivre l'événement dehors aux alentours du palais des sports.

C'était formidable ! Joueurs et supporters, on sentait tous que nous appartenons à un pays qui respire sport. Aujourd'hui tout est devenu fade et sans intérêt. Je n'arrive pas à trouver une explication à cela».

Oh que si ! Avec les problèmes qui ont assailli les Tunisiens de tous bords, les humeurs ne sont plus les mêmes que jadis. C'est compréhensible. Quoique pour Raouf Ben Samir il y aurait bien une autre explication.

«C'est qu'il y a aussi l'introduction de plusieurs intrus dans la discipline du handball que ce soit au niveau des clubs ou à celui de la fédération. Ils ont tout chamboulé au point où l'engouement n'est plus ce qu'il était auparavant».

Pour conclure notre entretien avec le «bras» redouté qu'était Raouf Ben Samir qui, rappelons-le, fait partie d'une fratrie de trois handballeurs ayant porté les couleurs du CA avec ses deux frangins Taoufik et Mohamed, nous lui avons demandé de nous raconter une anecdote décontractante dont il se souvient encore.

Et le visage de Raouf de s'illuminer en riant : «Lors d'un derby très disputé, j'ai eu un accrochage avec Mohamed Lassoued (EST) et même un échange de coups qui a allumé le feu entre quelques supporters des deux côtés.

Mais à la fin du match, Mohamed et moi, nous nous sommes rencontrés au café du TGM généralement fréquenté par les handballeurs.

Là-bas, nous nous étions réconciliés sans rancune. Et alors que nous rions de nos agissements enfantins, quelques supporters banlieusards qui allaient prendre le train, nous ont aperçus en pleine discussion «amicale».

A notre surprise, ils ont essayé de nous agresser en nous accusant d'avoir joué la comédie tout à l'heure en simulant la bagarre dans le match pour engendrer une bataille rangée dans les gradins. Heureusement qu'ils ont fini par comprendre la situation. C'était quand le fair-play était légion».

Tunisie

Le parti islamiste Ennahda remporte 130 mairies, devant Nidaa Tounès

En Tunisie, le mouvement Ennahda est arrivé en tête en remportant 130 mairies, la majorité des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.