16 Avril 2018

Mali: Dépravations de moeurs dur les réseaux sociaux - Le collectif des amazones ouvre le débat

La Pyramide de Souvenir a abrité le samedi 14 avril une conférence débat sur les thématiques, "violence faite aux femmes dans le milieu des hôpitaux et les dépravations de mœurs sur les réseaux sociaux". Les débats on t été animés par Diakité Kadiatou Fofana, présidente du Collectif, Naba Traoré et les Dr Kassim Barry et Moumine Ballo.

La présidente du Collectif des Amazones, Diakité Kadiatou Fofana a rappelé ces mots de Ban Ki-moon « Il ya une vérité universelle applicable à tous les pays, cultures et communautés.

La violence à l'égard des femmes n'est jamais acceptable, jamais excusable et jamais tolérable », pour appuyer ses propos sur les violences faites aux femmes dans les milieux hospitaliers au Mali.

Ces violences sont entre autres, les harcèlements sexuels, le non-respect des pudeurs, des violences physiques, les négligences, et la corruption a cité la présidente à base d'une étude d'octobre 2015 au Mali.

« Comment faire, quand et qui doit faire quoi » ? A été la question de réflexion lancée par la présidente des amazones à propos des dépravations de mœurs qui se passe aujourd'hui sur les réseaux sociaux.

A l'entendre, au lieu d'être un lieu d'information et de sensibilisation, les réseaux sociaux sont devenus des endroits où les gens exhibent leur nudité.

Sur cette question des réseaux sociaux, Fatoumata Touré représentante du Cafo (Coordination des associations féminines et organisations), a dénoncé le désengagement des parents à l'égard de l'éducation des enfants.

A propos des milieux hospitaliers et leurs violences, elle a évoqué la question de la bonne formation et l'éducation à la déontologie médicale comme solution.

Des médecins étaient présents, Dr Moumine Ballo et Kassim Barry. Ils ont tous les deux reconnu quelques fautes qui incombent à un manque de formation à la déontologie mais, ont aussi soutenu des cas de patient qui corrompe, et même souvent agresse les médecins.

Dr Ballo a invité au respect de la structure administrative et a conseillé des voies judicaires pour réparation de dommages.

« Nous comptons organiser des manifestations. Sensibiliser sur les violences faites aux femmes dans les milieux hospitaliers.

Nous dirons non aux violences faites aux femmes et stop aux dépravations sur les réseaux sociaux », ont crié la présidente et sa collègue Naba traoré.

Mali

Douze personnes tuées dans l'attaque d'un village du nord-est du pays

Plusieurs hommes ont attaqué dimanche 17 juillet Injagalane, près de Ménaka, dans le nord-est du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Echos. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.