16 Avril 2018

Cote d'Ivoire: Protection des Droits de l'Homme - Des populations et des activistes renforcent leurs compétences

La loi de juin 2014 prise par le gouvernement pour protéger les défenseurs des droits de l'homme et leurs familles a été vulgarisée pendant 18 mois auprès des populations de 10 localités ivoiriennes qui se sont familiarisées avec la justice.

Le projet de Promotion et de Protection des Défenseurs des Droits de l'Homme (Prodef) démarré depuis novembre 2016 et exécuté par Avocats sans Frontières France en collaboration avec l'Association des Femmes juristes de Côte d'Ivoire, a officiellement pris fin le jeudi 12 avril 2018.

C'était à l'issue d'une cérémonie de restitution globale des résultats dudit projet à l'Institut français d'Abidjan. En présence des différents partenaires institutionnels: le Garde des Sceaux, ministère de la Justice, la Commission nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire d'une part et des partenaires techniques et financiers notamment l'Usaid, le Crédit agricole français et l'Ong Un pour Tous, d'autre part.

Ce projet dont les objectifs étaient entre autres de permettre aux ONG locales une meilleure connaissance de leur champ d'intervention, de leurs limites ainsi que de leurs droits, de sensibiliser le grand public ainsi que les autorités à la défense des droits humains et d'apporter une aide judiciaire aux défenseurs des droits humains victimes de violation de leurs droits, visait comme objectif global à vulgariser et à opérationnaliser la loi du 20 juin 2014 et dont le décret d'application signé en février 2017 était relatif à la protection des défenseurs des droits de l'homme en Côte d'Ivoire.

Cette loi prise en Conseil des ministres pour freiner les différentes violations dont étaient victimes les défenseurs des droits de l'homme, consécutivement au climat d'insécurité né de la crise post-électorale, présente des aspects avant-gardistes : l'inviolabilité des sièges des organisations des défenseurs des droits de l'homme, l'accès pour eux aux prisons, la confidentialité des sources pour les avocats et les journaliste puis la protection par l'Etat des Défenseurs des droits de l'homme et de leur famille.

Le projet de Promotion et de Protection des Défenseurs des Droits de l'Homme a été exécuté dans 10 localités ivoiriennes avec pour facilitateurs un pool de 30 avocats français et camerounais.

Ils ont procédé par appel d'information avec des auditeurs de différents niveaux et couches sociales, au cours des ateliers qui leur ont permis de mettre en scène des thématiques quotidiennes telles que la lutte contre le mariage précoce, la scolarisation de la jeune fille, la violence faite aux femmes, l'autonomisation de la femme, la protection contre l'albinisme, la préservation des données des défenseurs des droits de l'homme.

Ce qui a permis aux populations, aux policiers, aux gendarmes et aux membres du corps préfectoral, personnes cibles du projet et qui n'avaient jamais assisté à une audience judiciaire de découvrir le fonctionnement de la justice et tout aussi d'apprendre leurs droits.

Avec 548 auditeurs formés en 18 mois dont 438 femmes, grâce aux financements prioritairement de l'Usaid 386000 dollars et du Crédit agricole France 25000 euros, Krista Aïssa Desgranges, Directrice de la section Démocratie et Droit de l'Homme de l'Usaid, Amélie Clarisse, coordonnatrice des Programmes à Avocat Sans Frontières France, Namizata Sangaré, présidente de la Cndhci, ont toutes souhaité avec Aimé Zebeyoux, présidente de l'Association des femmes juristes de Côte d'Ivoire, que le respect des droits humains devienne un réflexe pour chacun des Ivoiriens et que l'Etat veille de façon effective au respect et à la protection desdits droits.

Cela a incliné la présidente de la Cndhci à plaider auprès des partenaires financiers dudit projet afin de trouver de nouveaux financiers pour le continuer sous d'autres déclinaisons. Ce d'autant qu'à l'analyse des principales leçons apprises et exposées par Mme Kouao, la coordonnatrice du Prodef, d'énormes chantiers sont encore à construire.

Cote d'Ivoire

Coupe de la Confédération 2018 - V Club et l'ASEC battus

L'AS Vita Club (RDC) et l'ASEC Mimosas (Côte d'Ivoire) se sont respectivement inclinées face à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.