17 Avril 2018

Mali: Commerce du détail - Taxes de dédouanement et impôt synthétique trop élevés pour les acteurs

Au sortir d'une assemblée générale tenue le samedi 24 mars dernier, des commerçants détaillants ont décidé de fermer boutique à partir de mi-avril. En principe, cette grève devra commencer lundi 16 avril. Pour le moment, l'activité commerciale suit son cours normal à Bamako.

L'impôt synthétique, en raison de l'importance du secteur concerné doit faire l'objet d'une attention particulière et occuper une place conséquente dans l'économie malienne.

Selon eux, les marchandises des commerçants sont bloquées dans les ports à cause de la douane qui a augmenté les prix de dédouanement. Alors qu'au même moment les impôts, leur demandent 3 % de leurs chiffres d'affaires, ce qui paraît trop élevé pour les détaillants.

Face à ces problèmes, les commerçants exigent du gouvernement une solution rapide faute de quoi ils fermeront boutiques.

"Nous allons tout faire pour avoir satisfaction à nos doléances", a laissé entendre le porte-parole Ibrahim Maïga. Avant d'affirmer haut et fort que le pays repose à 80 % des recettes des commerçants donc les autorités n'auront pas le choix.

Ainsi, ils exigent une réduction de 80% sur les taxes de dédouanement et à défaut d'avoir gain de cause, ils sont déterminés à n'engager aucune procédure de dédouanement de leurs marchandises qui sont au niveau des postes de douane, une décision déjà exécutée par certains commerçants.

Selon eux, le prix élevé des taxes du dédouanement s'explique par le fait que la contribution de la douane au budget national augmente de façon fulgurante et que c'est eux qui en payent les frais. Cependant, ils ont fait savoir que la contribution de la douane est passée de 200 milliards à 600 milliards pour cette année.

Fort déterminés, les commerçants ont décidé d'accorder deux semaines (à compter du samedi 24 mars 2018) au gouvernement pour la satisfaction de leur requête. Et qu'après ce délai, ils vont enclencher une grève générale de quelques jours, illimitée sur toute l'étendue du territoire, si l'Etat ne réagit pas.

Mali

A Ménaka, la Minusma forme les forces pour sécuriser le scrutin

Plus que trois semaines avant le premier tour de l'élection présidentielle. Une élection dans un… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.