18 Avril 2018

Sud-Soudan: Plus de 200 enfants soldats libérés par les groupes armés

Photo: UNICEF/UN0202136/Rich
Nawai (le nom a été modifié), âgée de 15 ans, participe à une cérémonie de libération d'enfants des rangs de groupes armés à Yambio, au Soudan du Sud.

Au Soudan du Sud, plus de 200 enfants ont été libérés hier mardi par différents groupes armés, a annoncé ce mercredi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Ces jeunes qui ont entre 10 et 17 ans, dont 95 filles, ont été démobilisés et remis à leur famille dans l'Etat d'Equatoria-Occidental.

Au Soudan du Sud, plus de 200 enfants ont été libérés hier mardi par différents groupes armés, a annoncé ce mercredi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Ces jeunes qui ont entre 10 et 17 ans, dont 95 filles, ont été démobilisés et remis à leur famille dans l'Etat d'Equatoria-Occidental.

Il s'agit de la deuxième vague de démobilisation soutenue par l'UNICEF et l'agence onusienne compte démobiliser près de 1.000 enfants dans les prochains mois.

« Aucun enfant ne devrait jamais avoir à prendre une arme et se battre », a déclaré le Représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud, Mahimbo Mdoe dans un communiqué de presse.

« Pour chaque enfant libéré, cela constitue le début d'une nouvelle vie. L'UNICEF est fier de soutenir ces enfants qui retournent dans leur famille et commencent à se construire un avenir meilleur ».

Au total, ce sont plus de 500 enfants qui ont été libérés depuis début de cette année. Parmi les enfants démobilisés mardi, il y a exactement 207 gamins qui ont été libérés dans une communauté rurale appelée Bakiwiri, à environ une heure de route de Yambio, la capitale de l'État d'Equatoria occidental (sud du pays).

Selon l'agence onusienne, il s'agit de 112 garçons et 95 filles qui combattaient dans les rangs de appartenaient aux rangs du Mouvement populaire de libération nationale du Soudan (SSNLM) et du Mouvement populaire de libération du Soudan-Opposition (SPLA-IO).

A noter que ces libérations sont précédées par celles obtenues le 7 février dernier dans la ville de Yambio où plus de 300 enfants ont pu retourner dans leurs familles ou accueillis dans des centres de soins financés par l'UNICEF.

Au cours de la cérémonie, les enfants ont été officiellement désarmés et ont reçu des vêtements civils. Des dépistages médicaux seront effectués et les enfants recevront des conseils et un soutien psychosocial dans le cadre du programme de réinsertion mis en œuvre par l'UNICEF et ses partenaires.

« L'UNICEF, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et les partenaires gouvernementaux ont négocié sans relâche avec les parties au conflit afin de permettre la libération de ces enfants », a indiqué M. Mdoe.

« Mais le travail ne s'arrête pas là. Le processus de réintégration est délicat et nous devons maintenant veiller à ce que les enfants reçoivent tout le soutien dont ils ont besoin pour réussir dans leur vie ».

19.000 enfants sud-soudanais toujours enrôlés dans des groupes armés

A cet égard, l'agence onusienne rappelle que lorsque les enfants rentreront chez eux, leurs familles recevront une aide alimentaire de trois mois pour soutenir leur réintégration initiale. Les enfants bénéficieront également d'une formation professionnelle visant à améliorer les revenus des ménages et la sécurité alimentaire.

« Être incapable de subvenir à ses besoins sur le plan socio-économique peut être un facteur clé dans le fait que les enfants deviennent associés à des groupes armés.

En plus des services liés aux moyens de subsistance, l'UNICEF et ses partenaires veilleront à ce que les enfants libérés aient accès à des services éducatifs spécifiques et adaptés dans les écoles et les centres d'apprentissage accéléré.

Toutefois, plus de quatre ans après le début du conflit au Soudan du Sud, environ 19.000 enfants sont toujours enrôlés au sein de forces et groupes armés.

Selon l'UNICEF, une recrudescence des combats en juillet 2016 a paralysé les plans initiaux de libération des enfants, « mais l'élan est en train de se construire pour de nouvelles sorties à l'avenir ».

Reste que pour l'agence onusienne, tant que le recrutement et l'utilisation d'enfants par des groupes armés se poursuivront, ces groupes ne respectent pas leur engagement à défendre les droits des enfants en vertu du droit international.

Dans ces conditions, l'ONU note que dans ce contexte de reprise des pourparlers de paix reprennent et des discussions sur un gouvernement de transition, il est important que « toutes les parties au conflit à mettent fin au recrutement d'enfants et libèrent tous les enfants dans leurs rangs ».

En attendant, l'UNICEF rappelle que la réintégration réussie des enfants libérés requiert un financement adéquat de ses programmes.

En 2018, l'agence onusienne a besoin de 45 millions de dollars pour appuyer les efforts de libération, de démobilisation et de réintégration de 19.000 enfants au cours des trois prochaines années.

En savoir plus

200 enfants soldats libérés par les groupes armés

Au Soudan du Sud, plus de 200 enfants soldats ont été libérés ce mardi par différents… Plus »

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.