19 Avril 2018

Afrique: Les membres du RPCA réfléchissent à la prévention des crises alimentaires

Une réunion du RPCA, le Réseau de prévention des crises alimentaires, s'est achevée mercredi 18 avril à Paris, au siège de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique. Ce réseau est composé des Etats d'Afrique de l'Ouest, d'institutions régionales comme l'Uemoa, la Cedeao, d'ONG, de partenaires au développement comme le Programme alimentaire mondial et d'organisations paysannes et pastorales. Son objectif est d'assurer une veille de la production agricole en Afrique de l'Ouest, afin de prévenir l'insécurité alimentaire.

Pour agir, il faut d'abord savoir. C'est pourquoi, le premier objectif du RPCA est de récolter les résultats des campagnes agricoles pays par pays. A partir de là, les plans de réponse d'urgence sont élaborés.

Jonas Gbian, commissaire à l'agriculture de l'Uemoa, rappelle qu'ils disposent de « plans nationaux de réponse, qui permettent de prévoir les zones à risque qu'il faut cibler ». Au niveau de la Cedeao, ils ont aussi « un stock régional qui permet de faire face à ces situations ». Seulement, leur objectif premier n'est « pas de faire face aux crises », mais de les « prévenir ». Dans ce but, le RPCA a « discuté de comment investir dans l'agriculture ».

« Les administrations ne sont pas rapides »

Cette année, la campagne agricole souffre de la sécheresse. Des pluies précoces ou trop courtes ont nui à la production céréalière. Les fourrages viennent également à manquer ce qui provoque une transhumance prématurée. Pour Mamadou Cissokho, président d'honneur du Réseau des organisations paysannes et des producteurs d'Afrique de l'Ouest, il y a urgence mais les réponses tardent à venir.

Malgré « toute la disponibilité des informations, les réponses n'ont pas été actionnées pour le moment », déplore-t-il. A ses yeux, le principal problème, c'est la multiplicité des acteurs impliqués. Entre « les acteurs nationaux, le gouvernement, leurs services, les organisations de producteurs, les ONG, des acteurs internationaux comme le Pam ou L'Unicef » ou encore les partenaires au développement, il faut trouver « une entente », ce qui est d'autant plus compliqué que « les administrations ne sont pas rapides ».

Aujourd'hui près de 8 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest.

Afrique

En Afrique de l'Ouest et centrale, la fête de la Tabaski marquée par la crise

Beaucoup de pays d'Afrique de l'Ouest ou d'Afrique centrale célèbrent, ce mardi 21 août, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.